Machine synchrone a vitesse variable.

Bonjour,
Est il possible de faire fonctionner a vitesse variable un alternateur si
son inducteur est alimenté en alternatif et a frequence variable?
En partant du principe que l'energie produite est à période fixe.
Je laisse éventuellement de coté les problémes de tolage dans un premier
temps.
Merci pour votre analyse.
Reply to
Philippe
Loading thread data ...
Salut,
Ben oui, comment il fait l'alternateur automobile ? Ca c'est en générateur. En moteur, ben oui, comment il fait le moteur de la loco Diesel ?
a+, G.T 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
En fait, c'est plus compliqué que ca. J'aimerai savoir s'il est possible sur un groupe hydraulique de turbiner a vitesse variable si l'inducteur est alimenté a frequence variable permettant de compenser l'asynchronisme poles réels et fictifs.
"Philippe" a écrit dans le message de news: 4324e4ee$0$16892$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Reply to
Philippe
D'apres "Philippe" , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Pfffiouhhh, c'est comme une cascade hyposynchrone mais à l'envers ? L'un des inconvénients que j'y vois, c'est qu'il faut produire de l'énergie (alternative, et à vitesse variable) pour alimenter l'inducteur.
Ou alors, faire tourner la machine plus vite que le synchronisme et récupérer de l'énergie (mais qu'en faire?) sur l'induit. Mais la machine devra être dimensionnée pour une vitesse supérieure... pas très pratique!
Reply to
Marc Zirnheld
D'apres "Philippe" , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Tu peux piquer des idées (quoique le but ne soit pas le même) en cherchant des infos sur les locomotives CC 14000. Exemple:
formatting link

Reply to
Marc Zirnheld
Si j'ai un peu compris, il n'y aurait pas une solution là:
formatting link
la prise d'information sur une bobine libérée pour synchroniser avec précision l'induction.
Reply to
capfree
D'apres capfree , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Là, c'est un moteur synchrone...
... autopiloté !
Reply to
Marc Zirnheld
Je ne pense pas que ce soit possible avec un alternateur car l'inducteur est constitué d'un bobinage "monophasé". Si tu y mets de l'alternatif, cela revient à créer deux champs tournants en sens contraire (théorème de Leblanc) et je ne pense pas que ce soit très efficace pour la génération d'électricité.
En revanche, c'est possible si "l'inducteur" est composé de bobinages triphasés. Mais une telle machine n'est pas appelée alternateur...mais machine asynchrone à rotor bobiné.
Autant que je sache, le procédé consistant à alimenter le rotor d'une machine asynchrone à fréquence variable est effectivement utilisé (ou du moins étudié) pour des éoliennes et des turbines hydrauliques. Dans les deux cas, il s'agit bien évidemment d'adapter la vitesse de la machine électrique au point de puissance maximal du moteur (éolien ou hydraulique) tout en étant connecté à un réseau à fréquence fixe.
Certains étudient même la possibilité de compenser des harmoniques à travers la machine asynchrone, par action sur les courant rotoriques :
Active Filtering applied to a doubly-fed induction generator supplying nonlinear loads on isolated grid - Nicolas Patin - Eric Monmasson - Jean-Paul Louis - Dejan Vasic - EPE 2005 - 14-17 sept. 2005, Dresde, Allemagne
A+
Reply to
Charles Joubert
c'est tiré par les chevaux ( euh 1024 scuzes ! ) en courant continu pouvons nous parler de "monophasé" ?
monophasé cette fois !
pas pour l'hydro que je saches! les " vitesses" je prèfère le terme de 'fréquence de rotation' sont bien connues en mécanique des fluides :-) Il existe les Peltons pour hautes chutes de bas débit , les Francis pour l'intermédiaire et les Kaplan pour le reste ! (Grosso merdo )
en continu ??? c'est balèze ! non je dis pas que c'est pas ! je dis que c'est balèze !
Reply to
itacurubi
Par "monophasé" (j'ai mis des guillemets exprès pour dire que, effectivement, le me est curieux), j'entends qu'il n'y a qu'une seule bobine (et un seul circuit) au lieu de trois, décalées de 120° (pour une paire de pôles), dans un bobinage "triphasé" (exemple : stator de machine synchrone ou asynchrone). De toute façon, il me semble que c'était justement la problématique de l'auteur initial, d'alimenter en alternatif un bobinage normalement prévu pour du continu.
Oui du point de vue électrique. Mais le rotor de la machine synchrone est toujours le même quelle que soit sont mode d'alimentation (normal en continu, moins normal en alternatif).
Certes, on commence par choisir la turbine "qui va bien" pour la hauteur de chute donnée. Mais, une fois le choix effectué, il peut y avoir des variations de débit du cours d'eau qui entraine une modification du réglage de la turbine (aubes directrices pour une turbine Francis par exemple). Le point de fonctionnement optimal de la turbine évolue alors, voir par exemple les courbes sur la dernière page de :
formatting link
Bon, évidemment, on peut caler la 'fréquence de rotation' sur une valeur moyenne. C'est d'ailleurs ce que l'on va faire si l'on désire une fréquence de rotation fixe (exemple d'une turbine entraînant un alternateur couplé directement au réseau). Si, toutefois, on a (on se donne) la possibilité de travailler à fréquence de rotation variable, il est possible de travailler toujours au point de plus fort rendement et de gagner un peu de puissance. La question qui se pose est, est-ce que le jeu en vaut la chandelle. Je pense que c'est contestable avec des turbines hydrauliques, mais c'est beaucoup plus intéressant avec des éoliennes à cause de la grande variabilité de la vitesse du vent.
Ben non, le rotor de la machine Asynchrone à rotor bobiné est alimenté en alternatif, à faible fréquence certes, mais en alternatif quand-même, et triphasé de surcroît (là, j'espère que tout le monde est d'accord pour le rotor d'une machine asynchrone à rotor bobiné).
Reply to
Charles Joubert
Bonsoir,
Je pense qu'il ne sera pas possible de réguler la tension de sortie d'un alternateur si le rotor ( inducteur ) est alimenté en courant alternatif. En effet, le champ magnétique créé s'annulera aussitôt que l'alternance sera négative. En revanche, il suffit d'augmenter ou de diminuer la valeur du courant ( continu ) dans le circuit inducteur pour conserver la tension de sortie fixe dans une plage de vitesse donnée. Le courant inducteur sert à créer des poles magnétiques.
Voilà "Philippe" a écrit dans le message de news: 4324e4ee$0$16892$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Reply to
Samuel Bonnard

Site Timeline

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.