compensateur de tension E.D.F.

oui c'est pour ca que je précisais corse du sud, lucciana est l'équivalent bastiais du vazzio à ajaccio mais chaque centrale ne peut alimenter tout
Dans mon bureau j'entend tourner le compresseur d'une clim, cet apres midi on a entendu une baisse de fréquence monstrueuse, pratiquement mi régime en environ 3 secondes puis retour rapide. Apparement ca s'est passé sur toute la corse, certains équipements on redemarré ;-)
Reply to
Olivier B.
Loading thread data ...
D'apres "SRV" , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Les réseaux sont interconnectés en fréquence de Brest à Vladivostok sur le continent; les îles britanniques sont reliées au continent en courant continu et la corse aussi, donc les fréquences peuvent différer.
La régulation de la fréquence est expliquée ici:
formatting link
'est assez compliqué...
Reply to
Marc Zirnheld
"Marc Zirnheld" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@4ax.com...
Merci pour le Pdf ! Superbe . On retrouve ce que j'avais tenté d'expliquer : le statisme des groupes de production , la gestion à N-1 des GRt etc .....
Statisme qui lie la puissance à la fréquence . Les fameux 650 MW par hertz que j'avais donnés en exemple et que l'on retrouve ici par les droites penchées des dessins.
Peux-tu me dire ce que tu entends par 'interconnectés en fréquence ' ou 'reliées au continent en courant' ?
Pour moi : le réseau est interconnecté . Point . Pas spécialement en fréquence ou en tension ou en courant ou .....
La propagation de l'onde électrique se fait à la vitesse de la lumière, donc le 50 Hz se propage en formant une onde de longueur 6000 Km. Autrement dit, quand à un endroit précis du réseau on a un top zéro de tension, alors au même moment, on est à un maxi (ou mini) à un autre endroit du réseau distant de 1500 Km de là. Mais la fréquence est la même, le signal est juste un peu en retard (le tps qu'il arrive).
On note bien que cette notion de propagation est dans 99.99% des cas oubliée car les montages ont très peu de longueurs de fils par rapport à la longueur d'onde de propagation des signaux.
Reply to
SRV
"Olivier B." a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@4ax.com...
Les variateurs de fréquence actuels, et notamment ceux à commande vectoriel de flux, possèdent des paramétrages qui permettent de les utiliser sur tous les moteurs asynchrones quelque soit la charge que le moteur doit entraîner. On les utilise en ventilation, sur les pompes centrifuges, les mouvements de translation, et même en levage où le moteur démarre et freine la charge et il arrive même à la maintenir à l'arrêt. Donc pour les compresseurs, pas de problème il faut bien le dimensionner, et bien le paramétrer pour que le moteur délivre le couple approprié. La rampe de fréquence peut être réglée pour ajuster le temps de démarrage au 1/10 de seconde près, le moteur pouvant délivrer plus de 2 fois son couple nominal.
jlf
Reply to
jlf
salut, si un systeme n'est pas prévu pour demarrer en charge tu ne PEUT PAS mettre en oeuvre une variation de frequence à la mise en rotation. Par exemple sur un compresseur avec relaxe d'air entre la sortie et la cuve sur arret moteur la phase de demarrage est etudiée pour que le couple moteur augmente plus rapidement que le contre-couple du compresseur mais la capacité entre le compresseur et le cuve n'est prévue que pour un demarrage rapide, si tu lance doucement la pression augmente et provoque le blocage du moteur qui ne redemarrera pas meme si le variateur bascule en pleine charge. Pour les compresseurs de clim c'est pareil, sur les modules regulateur une tempo est justement prévue pour que la HP diminiue à une valeur raisonnable avant d'autoriser un autre démarrage sinon ca bloque au demarrage alors inutile de parler de demarrage progressif. Sur des systeme plus simplistes le moteur bloque et la protection coupe, fait l'experience avec ton frigo pendant son fonctionnement debranche le et rebranche le aussitot, le moteur reste bloqué et le "tic" du clikson ne tarde pas, et une mise en rotation progressive n'y pourra rien. A la limite cela pourrait peut etre fonctionner sur des compresseurs à turbine ou de type scroll qui ne connaissent pas de "point dur" comme sur les modeles à piston.
Le demarrage à variation est adapté dans tout les cas ou le moteur peut démarrer en charge, entre autre les cas que tu cites, sinon un couple de démarrage plus élevé pourrait être enviseagé en poussant la fréquence plus haut que celle de fonctionnement mais cela necessiterait une protection severement calculée pour rester dans une zone intensité/temps qui ne nuit pas à la durée de vie.
Voila, pour en revenir au post initial ce type de dispositif ne reglerait en rien mon probleme puisque c'est un manque de tension dont souffre mon installation et non un soucis de démarrage da ma pompe à chaleur.
@+
Reply to
Olivier B.
D'apres "SRV" , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Pas du tout. D'abord le long d'une ligne de transmission les ondes ne se propagent pas à la vitesse de la lumière [dans le vide] mais plus lentement (ça dépend de la géométrie de la ligne et des diélectriques utilisés).
Ensuite les lignes de transport d'énergie électrique sont bien des lignes de transmission (au sens de la propagation des ondes électromagnétiques définie par les équations de Maxwell etc) mais elles ne sont pas bouclées sur leur impédance caractéristique. Elles ne le pourraient pas, puisque la tension est constante et que la charge varie. Elles plutôt inductives et, si on augmente la charge (l'impédance caractéristique étant ce qu'elle est, vu la géométrie), la tension à l'arrivée diminue. Au-delà d'une certaine puissance caractéristique (variant avec le carré de tension nominale, à géométrie constante, mais comme la géométrie change avec la tension, j'imagine que la loi de variation est plus compliquée) il n'y a plus grand-chose à en tirer, on doit donc fabriquer de l'énergie réactive (par exemple avec des compensateurs synchrones) pour compenser l'inductance. Ce qui modifie la phase.
Bref, c'est infiniment compliqué, et tout est un équilibre qui semble plutôt gragile, puisqu'on constate que de temps en temps des (sous-)réseaux s'écroulent comme en Italie, en France ou sur la côte Est des Etats-Unis...
(voir:
formatting link

Reply to
Marc Zirnheld
D'apres Marc Zirnheld , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Et ça, aussi:
formatting link
(pas très bien écrit, mais en français)
Reply to
Marc Zirnheld
"Marc Zirnheld" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@4ax.com...
Il est quand même pas mal le document du RTE. Il aborde ce dont on avait parlé ici sur les réseaux : le statisme , les réglages primaires et secondaires etc... De même, il aborde l'aspect sûreté du réseau (notion N-k) , cela correspond à ce que l'on avait dit sur fr.sci.électronique (un gars avait demandé comment aborder la sûreté en électronique). Peu importe le domaine (gestion réseau, gestion financière etc ...) car la fiabilité - sécurité - sûreté ont toutes le même principe de base.
Concernant la propagation de l'onde dans les métaux conducteurs, oui tu as raison les vitesses atteintes ne sont pas celles de la lumière, mais on n'en est pas loin quand même. A l'époque de la création de la jonction PN (vers 1950 j'crois) des études précises avaient abouti sur le fait que les électrons se déplacent à une vitesse de cette ordre (je ne parle pas des déplacements de trous + hein ! :-))
Reply to
SRV
Il faut faire la diff entre ce qui physiquement possible et ce qui techniquement bon pour la consommation électrique; les harmoniques generés par certaines sources prouvent la coexistance de plusière fréquences voir un infinité , mais cela n'est pas ce qui doit etre alors ci un alternateur produit à 52hz il doit etre déconecté du réseau au risque d'engendrer des effet en cascade.
Reply to
kahraba
si un alternateur produit du 52Hz cela signifie qu'il va battre de 2Hz avec le reseau, à certains moments il va etre en phase (suscptible d'alimenter le reseau en fonction de l'exitation), à d'autre il va etre en opposition et pomper un courant de valeur double celle de son CC. Le resultat est une variation de l'amplitude de tension du reseau à proximité de l'alternateur au rythme du battement, il me semble que dans les composante symetrique cela correspond à la composant inverse mais là j'avoue que ca remonte un peut loin...
DE toute maniere dans l'état soit un protection saute soit c'est l'alternateur
Reply to
Olivier B.
D'apres "SRV" , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
La vitesse de déplacement des électrons ou des lacunes, que ce soit dans les conducteurs ou les semi-conducteurs, n'a absolument rien à voir avec la vitesse de propagation des ondes électromagnétiques.
Reply to
Marc Zirnheld
Si ma mémoire est bonne l'ordre de grandeur du deplacement des electrons dans un conducteur est du milimetre par seconde, on est bien loin de la vitesse de la lumiere. Ce qui est rapide c'est la mise en deplacement de l'ensemble.
Reply to
Olivier B.
j'avais le centimètre , mais bon ça ne change pas grand chose :-) grosso merdo on peut dire qu'on a un tuyau rempli de boules ( les électrons ) si on pousse une boule A au bout 1 , une boule Xn sortira instatanément de l'autre bout ( bout 2 ) ... alors qu'il faudra à la boule A peut être plusieurs années pour sortir de l'autre coté .
il ne faut pas confondre propagation et vitesse des électrons :-)
Reply to
Olivier2grambois
"Olivier2grambois" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@mb-m22.aol.com...
Oui , tout a fait. Par erreur j'ai confondu les deux. Désolé.
La propagation est elle, très rapide.
Reply to
SRV

Site Timeline

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.