Réglage primaire et secondaire de puissance sur un rés eau électrique

Comme on l'a vu dans les posts précédents (comment stocke-t-on de
l'électricité), sur le réseau électrique c'est la fréquence qui s'ajuste
pour obtenir à chaque instant : production = consommation. Et pour éviter
que la fréquence ne s'éloigne trop de sa consigne , il existe au minimum une
régulation sur chaque groupe de production d'électricité débitant sur le
réseau EDF.
Cette régulation se nomme 'réglage primaire de fréquence puissance '. Elle
agit instantanément sur la puissance active quand elle 'voit' que la
fréquence bouge. C'est une boucle fermée de régulation avec :
1.Mesure de la fréquence de rotation de l'alternateur qui débite sur le
réseau (donc de la fréquence du réseau)
2.Comparaison avec une consigne (ici 50Hz)
3.Traitement du signal d'écart via un régulateur proportionnel pur (d'où le
statisme)
4.Action sur l'organe réglant le niveau de puissance.
Si la fréquence est trop basse, on augmente la puissance pour faire monter
les tours de l'alternateur (donc la fréquence réseau).
Et inversement.
Des fois certains producteurs ont en plus l'obligation d'avoir une seconde
régulation, appelée 'réglage secondaire de fréquence puissance RSFP'. Cette
régulation est commandée, non pas
par une chaîne fermée en local , mais par un signal issu des dispatchings
des
gestionnaires du réseau (le RTE, ex GRT). Ce sont eux qui ont la main.
Les deux régulations primaires et secondaires fonctionnent en temps réel.
NB: la régulation secondaire de fréquence puissance RSFP n'a rien à voir
avec une autre régulation qui se nomme 'régulation secondaire de tension' ou
'régulation de tension' voire 'régulations 5 boucles'.
Ainsi le réseau a une 'réserve' de puissance qui est égale à la somme de
toutes les réserves de tous les groupes producteurs couplés. Cette réserve
correspond à ce que tous les groupes peuvent apporter ou retirer
instantanément du réseau en cas de gros déséquilibre.
Ainsi, pour avoir 13 GW sur un réseau, il faut mieux l'obtenir par 26
groupes à 500MW chacun , que par 13 groupes à 1000 MW. Dans le premier cas
on
a 26 fois la réserve primaire légale dans l'autre 13 fois seulement.
Plus on a de groupes couplés, plus il y a de réserves instantanés pour faire
face à un éventuel gros déséquilibre prod - conso , meilleure est la sûreté
réseau.
Les définitions légales se trouvent ici :
formatting link

Reply to
SRV
Loading thread data ...
"SRV" a écrit dans le message de news:brnuqh$5b3en$ snipped-for-privacy@ID-86482.news.uni-berlin.de...
Non car:
-ce n'est pas parce qu'un groupe est couplé qu'il fournit du primaire ou du secondaire. Il peut très bien ne fournir que du réglage primaire ou aucun réglage pour des raisons techniques (usure du combustible...) des essais ou pour des raisons économiques. - la réserve primaire n'est pas une valeur fixe indépendante du groupe. Pour le nucléaire elle correspond à une fraction de la puissance nominale. Elle sera donc plus importante pour un groupe 1300 que pour un 900, de fait elle sera la même pour les 13GW fournis si tous les groupes font du primaire que ce soit par 13 groupes de 1300 ou 15 groupes de 900.
Dans l'exemple choisi le seul intérêt d'avoir 26 groupe de 500 plutôt que 13 de 1000 est que la perte d'un groupe a des conséquences plus faible sur le système
Fred
Reply to
F
"F" a écrit dans le message de news: 3fe05c1c$0$13896$ snipped-for-privacy@news.easynet.fr...
Effectivement tu as raison. tu es un fin connaisseur ! :-)
Mais ces cas sont à la marge.
Et mon idée est de vulgariser des notions qui peuvent demander du temps pour être assimilées. D'où des simplifications des cas traités.
A EDF la formation est de 4 à 5 ans pour être habiliter au pilotage d'une installation. Ce n'est pas en quelques posts que l'on peut résumer la partie du réglage de la turbine + alternateur . :-))
Au delà des chiffres, il faut comprendre que le RTE gère le réseau ainsi : il se pose en permanence la question 'quelle est la réserve primaire et secondaire dont je dispose'.
Dans les moments tendus (climats extrêmes, mouvements de grèves etc ..), le RTE met un maximum de groupes sur le réseau pour augmenter ses réserves primaires voire secondaires.
Reply to
SRV
"SRV" a écrit dans le message de news:brpplo$5u0rj$ snipped-for-privacy@ID-86482.news.uni-berlin.de...
Dans ces cas là c'est plutôt pour se ménager une réserve tertiaires suffisante. Les besoins en réserve primaire sont fixés par l'UCTE.
Fred
Reply to
F
"F" a écrit dans le message de news: 3fe0bd38$0$401$ snipped-for-privacy@news.easynet.fr...
Non, car la réserve tertiaire, n'est pas une réserve instantanée. Les réserves primaires et secondaires, oui.
Quand un réseau est prévu 'tendu', le RTE a intérêt à avoir un max de réserves instantanées.
Ainsi , les besoins en réserves primaires et secondaires sont fixées en temps réel par le RTE. Au cours d'une même journée, il est courant que le RTE modifie plus de 10 fois le programme journalier d'une unité. Ceci afin de gérer au mieux les réserves + les contrats d'exportations - importations .
Beaucoup d'info ici (lien vers la bourse de l'électricité Powernext, les textes du JO etc ...)
formatting link
On a aussi le profil de charge journalier du réseau français ici (et presque en temps réel).
formatting link
Les écarts entre les prévisions et la réalité sont combattus en permanence par les régulations, d'où de faibles écarts in fine, sauf gros pépin.
Reply to
SRV
"SRV" a écrit dans le message de news:brqf7r$6i2ql$ snipped-for-privacy@ID-86482.news.uni-berlin.de...
Non, les besoins en réserve primaires et secondaires ne sont pas fixés en temps réel. Le minimum de réserve primaire est fixé par l'UCTE, les besoins en réserve secondaires sont fixés par RTE en J-1. Les adaptations en temps réel servent à assurer ces minimums malgré les aléas pour un coût minimum. Les écarts en la prévision et le réalisé ne sont pas seulement comblés par la réserve secondaire mais surtout par la réserve tertiaires mobilisées "manuellement"
Fred
Reply to
F
"F" a écrit dans le message de news: 3fe0c755$0$391$ snipped-for-privacy@news.easynet.fr...
A mon avis, le débat devient trop technique est sûrement chiant pour les lecteurs. :-(
Je ne pense absolument pas comme toi , de part :
1.Le fait que les règles établies par l'UCTE sont appliquées par les agents opérationnels du RTE. Ces règles définissent des temps, puissances mini ou maxi , mais en aucun cas la valeur voulu à l'instant t.
2.Ma formation dans ce secteur, avec des cours dispensés par les gens du RTE (entre autres), et des évaluations tous les 6 mois, et ce pendant les 10 ans.
3.Mon expérience de 10 ans dans le métier d'exploitant d'unité de production de 1300 MW , secteur que j'ai quitté il y quatre mois. Ca ne fait donc pas si longtemps.
4.Les contacts journaliers que j'avais avec le RTE.
Et je maintiens que le RTE gère la sûreté du réseau en permanence (temps réel et différé) et qu'il a comme moyens toutes les réserves (primaires, secondaires , tertiaires). Ces réserves sont ses outils pour accomplir sa mission.
Tu confonds ceux qui édictent les règles et ceux qui les utilisent.
Reply to
SRV
"SRV" a écrit dans le message de news:brqk1i$6ff31$ snipped-for-privacy@ID-86482.news.uni-berlin.de...
Je suis de ceux qui appliquent les règles, je ne confonds donc pas...
Par souci économique la valeur voulue à l'instant t est aujourd'hui le minimum requis... Des marges et réserves sont définies en J-1 ou par l'UCTE, nous essayons de nous y tenir, elles ne sont pas "décidées" en temps réel. Augmenter ces marges et réserves a un coût et ne se fait pas par confort.
Fred
Reply to
F
"F" a écrit dans le message de news: 3fe0da09$0$397$ snipped-for-privacy@news.easynet.fr...
Je m'incline face à tes nombreux arguments.
Reply to
SRV
Bonjour, Bravo à tous, c'est la première fois que que je vois un débat précis, technique et de cette qualité sur la gestion du réseau éléctrique. Cordialement.
Reply to
JBJ
Bonjour,
Bien d'accord.
Et j'aurais une question basique : comment contrôle-t-on la puissance d'un générateur?
J'aimerait une réponse qui me donnerait les grands principes de "réglages".
Merci d'avance.
Reply to
Bruyere
Bruyere écrivait:
Pareil. Et pas chiant du tout.
Merci de l'avoir posée. Mon interrogation est encore plus limitée: comment ça se passe si je veux me bricoler un groupe électrogène? Un moteur d'un côté, un alternateur de l'autre, et ensuite?
JLM
Reply to
Jean-Louis Matrat
Le Thu, 18 Dec 2003 18:40:31 +0100, "Jean-Louis Matrat" a écrit:
Une liaison mécanique des arbres ?
Reply to
VieuxGeo
Avis indentique :-)) discussion très intérressante !
deux cas : si tu débite sur ton réseau tout seul à toi , en ouvrant les gaz moteur la vitesse ( fréquence ) et la tension vont augmenter , il faudra constament réguler en fonction de la charge . si tu "accroches" le groupe au réseau , en ouvrant les gaz moteur tu augmentes la puissance active , la vitesse elle restant fixée par le réseau.
Reply to
Olivier2grambois
Pour les petites puissances, inférieures à 10 kVA, il existe des alternateurs autorégulés (Leroy-Sommer). Il y a une régulation interne de l'excitation pour maintenir la tension constante. Il y a d'ailleurs un gros condo qui lache... T'as plus qu'à maintenir la vitesse de rotation à peu près fixe. La régulation est souvent surcompensée : plus tu charges, plus la tension monte. Je ne pense pas qu'on puisse laisser ce type d'alternateur en parallèle sur le réseau, pi bonjour pour coupler à la synchro. -- Amm
Reply to
Amm

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.