synchonisation du réseau de distribution

bonjour,
Il ya quelque chose qui me titille
Comment fait-on, quand on d=E9mare une centrale =E9lectrique pour la
synchroniser avec le r=E9seau? serait-elle synchonis=E9e naturellement
par le r=E9seau lui m=EAme? Si c'est la cas, en imaginant qu'on doit
red=E9marer toute les centrales, y aurais t'il une centrale "m=E8re"
qu'on red=E9marerais en premier?
Sinon connaissez vous des sites parlant de mani=E8re un peu technique de
la distribution d'=E9lectricit=E9.
Merci de vos r=E9ponses
Reply to
keute
Loading thread data ...
a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@g43g2000cwa.googlegroups.com... bonjour,
Tout d'abord les centrales sont essentiellement raccordées au réseau de transport et non au réseau de distribution.
Ensuite le réseau étant interconnecté (en situation normale) la fréquence est la même sur le réseau interconnecté, les centrales participent au réglage de la fréquence par le biais de leur régulation de fréquence. C'est donc l'ensemble du système qui garanti cette fréquence.
En situation très perturbée (un incident qui créerait des réseaux séparés la situation est différente). Pour maintenir et régler la fréquence sur un réseau séparé (portion de réseau non synhronisée au reste du réseau) on déclare un des groupes "pilote de la fréquence" c'est à dire qu'il modifiera sa production de manière à maintenir la fréquence à la valeur désirée.
Reply to
F
Bonjour
Oui
Si un black out existerai en france, avec son îlotage complet, la sûreté nucléaire arrêterais toutes les centrales nucléaires. de ce fait, il ne resterais que des thermique et de l'hydraulique. D'un même raisonnement, les thermique s'arrêteraient car il n'aurait plus moyen d'évacuer l'énergie latente de la vapeur en cours donc le seul moyen de redémarrer un réseau est l'utilisation de l'hydraulique dont son grand avantage est de produire de l'actif et du réactif "a la demande" et ceci en un temps "record". leur système de régulation étant la plus rapide. ceci permet de recréer la tension de service sur le réseau HTB avec ceci on pourra procéder au désilotage du réseau 400 kV avec l'apport de l'énergie des réseaux frontalier. le 400 kV étant stabilisé, on procédera par tranche géographique la remise en route du réseau national
maintenant de la probabilité de son existence est très faible, car le parc électrique français est très indépendant puisque on est quand même très exportateur, donc si la chute du réseau viendrais à venir, ce n'est pas un risque de black-out totale du réseau français, mais seulement une unité géographique du réseau. même la tempête de 99 qui était assez violente au niveau réseau 400 kv n'a pas eu d'effet notable, grâce en partie à l'interconnexion des réseau
Reply to
David CROCHET
"F" a écrit :
Pour compléter, les centrales ne participent pas toutes de la même façon au réglage de fréquence : certaines participent beaucoup, d'autres pas du tout. Que ce soit en régime perturbé ou pas. Cela dépend de la philosophie du réseau et en pratique des paramètres de régulation des régulateur de fréquence (notamment bande morte).
Pour reprendre la question initiale :
Si le réseau est actif (99.9xx% du temps, heureusement !) : - le groupe est synchronisé en tension et en fréquence manuellement ou automatiquement avec des synchrocouplers par rapport à la référence qui est le réseau.
Si le réseau est mort (après un black-out partiel ou complet) : - certaines centrales ont la possibilité de se coupler sur réseau mort (c'est une simple fonctionnalité des relais de contrôle de synchronisme ou des synchrocoupler). Ce sont donc ces centrales prédéfinies qui "reprennent" le réseau. Les autres se synchronisent dessus ensuite.
J'espère avoir un peu répondu à la question.
Reply to
Maxens
"David CROCHET" a écrit dans le message de news:42bc1c90$0$31774$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Pas tout à fait, en cas de blackout, certaines centrales nucléaires auront pu réussir à s'iloter sur leur auxiliaires. Elles seront utilisées prioritairement pour renvoyer la tension à d'autres centrales nucéaires (en vue d'un recouplage ultérieur) et pour commencer à reconstruire le réseau.
Dans ce cadre là on peut se retrouver avec un plusieurs réseau séparer, pour chacun on détermine un groupe pilote de la fréquence.
Reply to
F
Bonjour
nucéaires (en
Non, le temps de réaction de la régulation est trop lente par rapport à d'autre centrale. l'emballement ici est interdit, même si les sécurités sont là De plus le système doit être stable en cas de vapeur dans la chaine de production d'énergie, donc les centrales seront couplé en réseau que sur un réseau dont la variation de fréquence est très peu variable, donc une puissance installé importante.
Reply to
David CROCHET
Si, les centrales nucléaires en France sont aptes à l'ilotage, des essais sont même réguliérement effectués.
Reply to
F
"David CROCHET" a écrit dans le message de news:42bc7f7d$0$6342$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
en ilotage : alimentation des auxilaires par le coeur nucléaire.
Ce que tu décrivais correspond au cas espagnol où les centrales ne font pas d'ilotage. Toutes déclenchent, le réseau (et les auxiliaires des centrales nucléaires) sont réalimentés par l'hydraulique. En France la situation est différente, les centrales nucléaires sont aptes à l'ilotage, celle qui ont réussi l'ilotage servent à réalimenter les centrales nucléaires n'ayant pas réussi leur ilotage et ayant besoin de réalimenter rapidement leurs auxilaires (de préférence site à site lorsque c'est possible) et à reconstruire le réseau. L'hydraulique n'est pas utilisé prioritairement.
Reply to
F
Bonjour
ha oui, je savais pas en retrouvant le document sur la tempête de 99, Blaye s'etait bien iloté, c'est vrai, je m'en souvenait plus.
Reply to
David CROCHET
après un black out il existe des scénario de renvoi de tension des centrales hydrauliques sur du nucléaire. les essais sont fait régulièrement. ainsi que des renvois tranche à tranche.
La reconstitution du réseau 400 kV se fait par ossature chaque région a une portion de réseau 400 a réalimenter ainsi que des poches de conso prédéfini. Pour info un essai d'ossature en vallée du rhone a été teste reconnaître il a parfaitement fonctionner.
le problème des poches réalimenter par l' hydraulique est de connaître la conso car comme d'hab il faut faire P=C comment le gas dans sa centrale sait comment régler sa centrale...
"David CROCHET" a écrit dans le message de news: 42bc869f$0$31775$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Reply to
Stephan
snipped-for-privacy@caramail.com a écrit:
au départ on ne synchronise pas une "centrale" entière mais un groupe de production ( disont une sous unité de la centrale ) , le régulateur de vitesse va amener le groupe ( turbine + alternateur ) à une vitesse proche du synchronisme , à 80 % de la vitesse on enclenche l'excitation de la machine ce qui la fait un peu ralentir , à ce moment on a une tension machine et de l'autre côté du dijoncteur une tension réseau , on mets en service le synchrocoupleur qui va donner des ordre + vite ou - vite pour ajuster la vitesse de la machine au plus près du synchronisme de l'autre côté s'il existe un régulateur de tension celui-ci va faire du + U ou - U pour ajuster les tensions . quand les tensions sont exactement identiques , les fréquences très proches et la phase correcte un signal du synchrocoupleur donne l'ordre de fermeture du disjoncteur . et la machine est accrochée au réseau . Le régulateur va alors essayer d'ammener la machine à sont point de fonctionnement en ouvrant les pales ou l'injection sur la turbine , ( + vite ) mais la vitesse va rester synchrone avec celle du réseau donc l'alternateur va fournir de la puissance active .
c'est le cas du renvoi de tension où l'on ne démarre pas les groupes de la même façon ( cf incident généralisé de décembre 1979 ! )
on couple avant d'ecxiter les bécanes , puis on monte en excitation progressive , car les lignes HTB sont de purs condensateurs vu leurs réactances transversales .
Reply to
itacurubi
Bonjour,
Je me suis toujours posé la question suivante et je l'ai posée à des gens d'EDF (et je n'ai pas eu la réponse).
Qu'un alternateur se "cale" ou se "maintienne" en phase avec le reste du réseau, je comprends, mais qui est le maître du temps pour l'ensemble du réseau ? Pourquoi, sous forte charge, le réseau complet ne change-t-il pas imperceptiblement de fréquence ? (du coup mon radio-réveil n'est plus à l'heure)
En bref, existe-t-il, quelque part dans ce pays, un générateur étalon 50Hz qui sert de guide à tout le monde ? __________________ Bernard
itacurubi wrote:
Reply to
Cecile Bertau
Bonjour
non par contre on vérifie sur des périodes de quelques heures que l'on a bien effectivement un moyenne de 50 Hz (pour les horloge synchronisé sur le réseau) si pendant une période, on a loupé une dizaine de période de 50 Hz, ben sur la période suivante, on va en produire 10 de plus, afin de maintenir cette période de 50 Hz
Reply to
David CROCHET
D'ailleurs, on peux voir l'état actuel ici:
Le texte est en allemand ou en anglais, mais les chiffres sont en Hz et en secondes.
A+ Micaël
Reply to
Micaël Germann
D'apres "Cecile Bertau" , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Je ne pense pas: la régulation n'est pas centralisée, bien que les réseaux soient interconnectés grosso-modo de Brest à Vladivostok.
Voir du côté de l'UNIPEDE (UNion Internationale des Producteurs Et Distributeurs d'Electricité), j'ai pas trop le temps de chercher là.
Reply to
Marc Zirnheld
Cecile Bertau a écrit:
non ,ce sont les plus gros qui dirigent la danse ( on appelle ça puissance réglante ) en fait on compte le nombre d'alternances dans un temps T et on modifie les consignes sur les régulateurs pour qu'en moyenne on obtienne 50 Hz pil poil sur un certain nombre de périodes T .
Reply to
itacurubi
"Micaël Germann" a écrit
Bonjour, Was ist "Zeitabweichung" ? Je comprends bien qu'il s'agit du décalage en secondes par rapport à une référence, mais je n'ai pas compris laquelle. Claude
Reply to
Claude
itacurubi a écrit :
C'est plutôt "à partir de 80%". En général, c'est plus, vers 90 ou 95%.
De façon imperceptible ou pas, selon la machine.
Le reste est très pédagogique.
Reply to
Maxens
C'est le décalage entre l'heure officielle et celle indiquée par une horloge synchrone. Mais ils ne disent pas quand est la référence de départ.
A+ Micaël
Reply to
Micaël Germann

Site Timeline

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.