la panne ferroviaire suisse

Loading thread data ...
Bonjour
formatting link
est ton ami
==================== source : edicom.ch
Un court-circuit entre Rotkreuz (ZG) et Amsteg (UR) est à l'origine de la panne géante qui a paralysé le réseau ferroviaire en Suisse. Il a conduit à la mise hors service de plusieurs centrales électriques et provoqué une réaction en chaîne. L'alimentation en courant du réseau a été partagée en deux secteurs: le sud était suralimenté tandis que le nord manquait d'énergie, ont indiqué les CFF. Le court-circuit sur la ligne de transport des CFF s'est produit à 17h08. Sa cause n'a pas encore été définie, a indiqué Jean-Louis Scherz, porte-parole des CFF. A 17h47, l'ensemble du réseau ferré à voie normale de Suisse était paralysé. Les deux autres lignes de transport assurant le passage de l'énergie entre les centrales d'Amsteg (UR), de Göschenen (UR) et du Ritom au-dessus d'Airolo (TI) se trouvaient alors hors service en raison d'un chantier le long de l'A2, à proximité du Gothard. Quelque 1500 trains se sont alors immobilisés. Selon les CFF, environ 200 000 voyageurs ont été concernés par la panne. Sept trains étaient bloqués dans des tunnels et ont pu être remorqués à l'extérieur après 90 minutes au plus. Une quinzaine de convois, principalement en Suisse centrale et au Tessin, ont pu être tractés par des locomotives diesel. Le dernier train a atteint son terminus à 03h43. Les premiers secteurs réalimentés en courant ont été ceux de Zurich/Suisse orientale, puis du Valais et du Tessin. La remise en service de tous les secteurs a été coordonnée de manière à éviter une surcharge. L'opération a pris fin mercredi à 21h30. Les CFF ne déplorent pas d'importants dommages au matériel. Certaines installations techniques ont pu être commutées sur le courant local. L'exploitation s'est bien déroulée jeudi matin. Les CFF n'ont signalé que peu de suppressions de trains, comme par exemple sur les lignes Lucerne-Berne et Zurich-Coire. De nombreux voyageurs sont attendus jeudi puisqu'environ 17 000 élèves partent en course d'école. Durant la perturbation, les CFF ont distribué plus de 200 000 «Rail Checks» d'excuses pour une valeur de quelque trois millions de francs. De mercredi soir à jeudi, ils ont trouvé des solutions d'hébergement pour la nuit pour environ 300 personnes et ont organisé des trajets en taxi et en bus, par exemple vers les aéroports.
====================== Source : laliberte.ch
La cause de la grosse panne du réseau CFF doit encore être éclaircie. Par contre, l'origine des «black-out» électriques colossaux connus à New York en août 2003, et par l'Italie en septembre de la même année, est connue.
Dans le cas US, c'est une ligne d'interconnexion entre le Canada et les Etats-Unis qui a été surchargée et s'est déclenchée. La production du nord-est des Etats-Unis ne suffisant pas à satisfaire la demande, les centrales se sont déconnectées les unes après les autres. Dans le cas italien, tout a commencé à trois heures du matin à Brunnen (SZ). Un arbre trop proche de la ligne du Lukmanier très chargée a créé un arc électrique paralysant. Le courant cherchant la voie qui offre le moins de résistance, c'est la ligne de la Mesolcina qui voit sa charge augmenter. Onze minutes plus tard, Etrans (société responsable de l'approvisionnement à longue distance) demande à son partenaire italien de réduire sa demande à 3000 MW. Ce qui est fait en dix minutes. Hélas, cela ne décharge pas la ligne de la Mesolcina qui lâche à 3 h 25. La «poussée» induite de 3000 à 4000 MW met alors à mal d'autres lignes de transmission, provoquant une réaction en chaîne, toutes les lignes étant automatiquement coupées du réseau. D'un seul coup, l'Italie manque de plus de 6000 MW. Et en moins de trois minutes, tout son réseau s'effondre.
Dans le même temps, le nord des Alpes enregistre une surcapacité de plusieurs gigawatts impossibles à évacuer. Seul le débranchement immédiat du parc nucléaire français et allemand empêchera le black-out de s'étendre.
Ces scénarios-catastrophes rappellent que l'électricité est une denrée périssable. Il faut produire en tout temps exactement ce dont on a besoin. Chaque variation de la consommation a pour effet d'ouvrir quelque part une vanne ou un robinet pour produire les watts ou les kilowatts désirés. Le réseau de distribution doit donc être dimensionné en fonction de la puissance de pointe. Si le réseau ne peut pas fournir cette puissance, les dispositifs de protection entrent en jeu, coupant la fourniture de courant. C'est la panne. Comme le rappelait Philippe Wiblé dans «Entreprise romande», la fourniture d'électricité a ses limites. A la production, un alternateur ne peut pas être sollicité au-delà de sa puissance maximale, sous peine d'avarie. Côté transport, une ligne à haute ou basse tension est prévue pour un certain courant maximum. Sollicitée au-delà, elle chauffera. Pour éviter des dégâts, sa mise hors service s'impose.
Tous ces phénomènes sont très rapides. Seule une réserve de capacité de production permet d'éviter un désastre. Les centrales thermiques italiennes demandent, elles, des heures pour atteindre leur rendement maximum.
Dans un tel cas, la perte brutale d'une alimentation importante (le cas des CFF?) entraîne un déclenchement en cascade des capacités encore en service. Pas facile, ensuite, de remettre en route tout le système après un tel effet domino... I
17 h 23 Chute de tension au Tessin. Pour une raison inconnue, la panne se répercute à l'ensemble du réseau helvétique. 17h 45 Plus aucun train CFF ne circule. D'autres compagnies, dont les TPF et le BLS, sont touchées. 19 h Les CFF demandent aux voyageurs de quitter les wagons afin qu'ils soient au moins à l'air frais. La climatisation ne fonctionne plus. 19 h 30 Jean-Louis Scherz, porte-parole des CFF, avance deux hypothèses: un court-circuit ou une ligne de transport hors service entre les usines électriques alpines et le réseau CFF. 20 h Le courant revient. 20 h 45 La circulation des trains recommence à Zurich. 22 h La situation s'améliore lentement en Suisse romande.
Reply to
David CROCHET
"David CROCHET" a écrit dans le message de news:42bae0db$0$14501$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Le déroulement du blackout italien n'est pas tout à fait exact. D'où tiens-tu ces infos?
Les italiens n'ont pas réduit de 3000MW et les termes employés sont innapropriés. De plus il n'y a pas eu de déclenchement de centrale nucléaire en France consécutivement à l'incident.
Reply to
F
Bonjour
j'ai indiqué les sources
ceci n'a jamais étais écrit, il a été dit qu'il a fallu débrancher l'italie du parc nucléaire francais.
Reply to
David CROCHET
"David CROCHET" a écrit dans le message de news:42bafdf5$0$14475$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Désolé je n'avais pas compris que la source citée correspondait également à l'incident italien.
Premièrement les termes employés dans cet articles sont inexacts. "Seul le débranchement immédiat du parc nucléaire français et allemand empêchera le black-out de s'étendre." ne veut absolument rien dire, on ne débranche pas les centrale : une centrale déclenche, s'ilôte, se découple ou réduit sa production. Dans la mesure où il s'agit d'une action immédiate, cela pourrait s'agir d'un déclenchement ou d'un ilotage. Concernant l'incident italien ce n'est pas la cas. Suite au blackout il y a effectivement une surproduction sur l'ensemble de l'europe (liée à la perte des exports vers l'Italie) qui s'est manifestée par une fréquence haute qui a nécessité des aménagements du plan de production (réduction de la production). Si le blackout ne s'est pas étendu ce n'est pas par le "débranchement du parc nucléaire français et allemand" mais parce que l'incident a été circonscrit par les protections.
Ensuite l'article est partisan car il cautione la thèse suisse qui tend à reporter la responsabilité sur le gestionaire de réseau italien à savoir une prétendue demande de réduction de la demande italienne (3000 MW cité par l'article) ce qui n'a pas été le cas d'où le phénomène de cascade sur les différentes lignes d'interconnexion.
Conclusion : se méfier de ce genre d'articles non techniques qui d'une part sont erronés et d'autre part n'apporte pas l'éclairage sur le déroulement exact des choses.
Reply to
F
Bonjour
j'aurais interprété ca comme : débrancher le réseau HTB
Reply to
David CROCHET
"David CROCHET" a écrit dans le message de news:42bb0df8$0$24878$ snipped-for-privacy@news.free.fr... :
je ne crois pas, quel serait alors le rapport avec les centrales nucléaires? Et puis c'est pareil un réseau THT ne se débranche pas, il déclenche ou on le déboucle.
Reply to
F
Bonjour
GRRRRRR!!!!! il ne parle pas de centrales nucléaires, mais de parc nucléaire !!!! la france est un parc nucléaire en électricité
Reply to
David CROCHET
David CROCHET a écrit:
Cool ! penses à ton KTM qui franchi la dernière dune sans lignes HT ou THT , avant de plonger sur l'oasis :-))
Reply to
itacurubi
David CROCHET a écrit:
exact je confirme !
je n'ai pas lu la même chose !
Reply to
itacurubi
F a écrit:
si tu savais comme les termes inexacts m'horripilent du genre : "kilomètre heure" "néon" etc .... et pourtant faut faire avec !
Reply to
itacurubi
F a écrit:
ben voyons ! sans service public .... c'est l'anarchie prévue que nous ont concoctés les EUROPEENS , sauf que la Suisse n'est pas européenne ! mais elle continue de se servir comme avant ! résultat la nouvelle donne "EUROPEENNE" est pire qu'avant ! en avant les tradeurs pendant que votre réseau s'écroule vous discutalliez !
Reply to
itacurubi
F a écrit:
qu'il soit déclenché ou débouclé c'est comme si on le débranchait , ne jouons pas sur les mots pour essayer d'expliquer ce que l'on ne peut pas expliquer : le réseau ferroviaire Suisse se casse la figure ! GT à essayé d'apporter des éléments pour comprendre le phénomène , et je l'en remercie . Ils sont bien plus instructifs que de se battre sur un terme "débranchait" , en fait en s'en fout complètement que ça "déclenche" ou que ça "déboucle" sauf si tu nous l'expliques gentillement .
Reply to
itacurubi
"David CROCHET" a écrit dans le message de news:42bb135a$0$24843$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Je ne souhaite pas polémiquer mais pour moi le parc nucléaire français c'est l'ensemble des centrales nucléaires françaises, rien à voir avec le réseau.
Je souhaitais seulement attirer l'attention sur le fait que se genre d'article permet difficilement d'expliquer l'incident au vu des inexactitudes rapportées.
Reply to
F
"itacurubi" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@tiscali.fr... .
C'est toi qui est en train de te battre sur ce terme. J'expliquais simplement que cet article ne relate pas correctement les différentes étapes de l'incident et finalement apporte peu sur sa compréhension.
Qui est GT? C'est au sujet de l'article rapporté par David que je réagissait et plus particulièrement sur l'épisode du blackout italien.
Reply to
F
Salut,
Ben c'est moi.
Effectivement je n'ai pas réagi sur l'article rapporté par David. Mais au lieu de tortiller sur une terminologie qui n'a pas le mérite d'être heureuse, on pourrait peut-être se concentrer sur le côté *technique* de la chose. Ce n'est pas que je n'aime pas l'exactitude (j'appartiens tout comme vous à une spécialité où on ne peut se le permettre), mais il y a des limites.
En ce qui me concerne, c'est un incident classique de réseau surchargé, qu'on peut considérer en défaut, et il a été décidé de déconnecter cette partie de réseau ("confinement") afin d'éviter une propagation qui aurait pu mener, à terme, à une mise en rideau de tout le réseau interconnecté (d'où back out sur la quasi-totalité de l'Europe de l'Ouest, dites-moi si je me plante). Et j'ai bien peur que le phénomène qui s'est produit à propos des chemins de fer helvétiques soit, de mon point de vue, peu ou prou le même que celui qui a mené au black out en Italie ou aux US. En dehors de ce constat, vous pouvez tortiller autant que vous voulez sur la technique de coupure, la terminologie ou même l'âge du capitaine. Ca n'a qu'une importance dérisoire à mon sens.
Et pendant que vous débattiez de tel ou tel terme à employer, l'incident s'est reproduit au pays des horlogers. Bon, vous me direz, comme Itacurubi (pas évident ton pseudo, c'était plus facile avant) est prêt à en parler, on peut finir sur un débat à propos de la future privatisation d'EDF. Et avant que ça commence, je tiens à préciser que mes positions (qui ne sont pas forcément justes aux yeux des autres, je veux bien l'admettre) n'ont pas changé.
a+, G.T snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
"G.T" a écrit dans le message de news:42bbe9ec$0$31756$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Enchanté! ;-)
Justement la terminologie a ici son importance.
Ce n'est justement pas le cas, il n'a pas été "décidé" de débouclage avec le réseau italien.
La mise hors tension s'est déroulé de manière automatique (déclenchement en cascade des lignes d'interconnexion).
Je ne cherchais pas à débattre sur la terminologie spécifiquement (c'est juste ce qui a été retenu de mon intervention) mais des inexactitudes rapportées par cet article.
Reply to
F
Bonjour,
Les réseaux ferroviaires européens ne sont pas interconnectés. Différence de tension et de nature du courant.
Bonnes salutations.
Castule
Reply to
Christian Roy
Salut,
Je suis de très bon poil pour le HS aujourd'hui :-)
Si y'a KTM, ça tend à prouver que David mesure au minimum 1m80 donc, plus petit ça va pas pour tâter de l'Autrichienne :-)
a+, G.T (limite) snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
Salut,
Oh, tu sais, y'a rien à voir :-/
Qu'elle ait été effectuée de maninère automatique ou manuelle ne change pas grand-chose pour moi, d'un point de vue purement technique. Bon, OK, c'est pas tout à fait pareil, mais en général les automatismes n'agissent pas de leur plein gré, ils obéissent à un programme (ou à des directives, mais là c'est malsain).
a+, G.T snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.