Puissance réactive négative

Bonjour à tous
Depuis l'installation d'un batterie de condensateur/inductance installé et
dimensionné par une société X sur notre sîte industriel, notre mesure de
puissance réactive est devenue négative. L'installation semble avoir été
surdimensionnée pouvez vous m'éclairer sur les conséquences.
Merci à tous
Reply to
News Free
Loading thread data ...
Sat, 8 May 2004 12:18:24 +0200, "News Free" a =E9crit:
Que la charge soit devenue capacitive alors qu'elle =E9tait inductive, je veux bien, mais que la puissance r=E9active soit n=E9gative, =E7a c'est plus douteux: si la puissance r=E9active n=E9gative existait je pense que tout le monde utiliserait =E7a pour transporter l'=E9lectricit=E9 sur les grandes distances.
Michel
Reply to
Michel de Montpellier
D'apres Michel de Montpellier , dans le forum fr.sci.electrotechnique...
Mais on le fait, pour compenser l'inductance propre des lignes de transport: leur impédance caractéristique est supérieure à la résistance de charge, ce qui limite la puissance transportée (à une puissance critique qui dépend du carré de la tension). On recrée de la puissance réactive en utilisant des condensateurs ou des compensateurs synchrones (des alternateurs ou moteurs synchrones sur-excités).
Mais cela n'autorise pas le mouvement perpétuel.
Reply to
Marc Zirnheld
Ce n'est pas ni plus ni moins douteux, que la puissance active puisse être positive ou négative
C'est certes, un problème de physiciens , la seule chose que l'on voit c'est que cette "puissance" réactive , positive ou négative en termes industriels convient bien : " il faut en produire autant qu'il en est consommé". Par contre on en consomme en en produisant et on peut en produire en en consommant. ( c'est assomant :-)) !
Mais ton affirmation m'interpelle .... et je la trouve très intérressante :-))
Zitoun
Reply to
Olivier2grambois
Bonjour, Energie réactive négative, ou encore (P réactive négative x temps) ? Pure question de convention, qui tient au diagrame de Fresnel qu'on peut tracer, montrant les valeurs des tensions et des intensités, ainsi que l'angle de déphasage. Si cet angle est compris entre 0 et 180 degrés, le cos étant positif, et le sinus positif, le résultat de U x I x sin phi donnera une puissance réactive positive, tandis que si cet angle de déphasage se situe entre 180 et 360 degrés, le sinus étant négatif, la P réactive correspondante prendra un signe négatif. Electriquement, cela permet de savoir s'il faut compenser avec des charges selfiques (cas d'un sin négatif) ou avec des charges capacitives (cas du sin positif) pour ramener le cos phi au plus près de 1.
M.Dusart --------------------------------------------- "Olivier2grambois" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@mb-m28.aol.com...
Reply to
Michel Dusart
Le 08.05.2004 12:18, *News Free* a écrit fort à propos :
Bonsoir à tous aussi, Je n'interviens que pour orienter la discussion vers le terrain futile des conséquences pécuniaires. Cette puissance réactive négative est-elle facturée : - Pas du tout ? - Moins cher que de la positive ? - Au même prix ? - Négativement ?
Reply to
geo cherchetout
Le terrain n'est pas si futile que ça ,
La puissance réactive n'étant pas une " Puissance en soi " elle ne se manifeste que par des "pertes en ligne" Aussi le producteur doit à tout instant : absorber le réactif ou fournir le réactif ... pour que le réseau soit stable . L'équation est donc Actif abs = Act fournit Rctif abs = Rct fournit à chaque instant ( vous dit pas quansd EDF sera nationalisé et que vous pourez acheter a quelques TRADEURS véreux, qq vieux kWh a des prix ... bon j'arrête )
le prob du réactif dans les centrales ex EDF c'était qu'on mettait des groupes en compensateur synchrone , et ils était payés au temps de fonctionnement , puis dans les années 80 -90 on a commencé à donner du crédit que sur les groupes qui fournissait de l'actif , sauf qu'il fallait accepter les ordres des dispachings qui demandaient à faire du réactif , du coup les exploitants on commencé à dire que leur bécannes était en carafe lorsque le Mouvement d'ENERGIE leur demandait de fournir du reac . Il y a donc coté Producteur et au sein de feu EDF des accords pour payer la fourniture de réactif ( ou l'absorbtion ) les machines tournent , les paliers s'usent .....
Coté distrib , mettre un compteur à chaque uager reviendrait largement plus onéreux que de comptabiler le réactif ( vu dans les années 40 50 ) , aujourd'hui je dis pas :-(
Pour l'indus il a été inventé des Tg phy Moyens dont le calcul n'est pas simple
ce qui grossièrement incite les industriels à faire attention à son cos Y , sans pour autant le pénaliser sur des démarrages de bourrins , et a mettre en oeuvre des systèmes sophistiqués .
N'empêche que dans les postes sources il existes des gradins de capas et les protections associées et que les machines des usines tournent en compensateur sans rémunération !!!
A mon avis je ne réponds pas à ta question
Zitoun
Reply to
Olivier2grambois
Le 11.05.2004 00:22, *Olivier2grambois* a écrit fort à propos :
Pris isolément, un consommateur "capacitif" est donc aussi nocif qu'un consommateur "inductif". Mais si les deux types de consommateurs s'équilibraient, le producteur n'aurait rien à compenser. Et si les deux types étaient géographiquement répartis de façon homogène, les pertes en ligne seraient minimisées.
En effet, mais personnellement je m'en fiche, je ne suis qu'un simple particulier avec un compteur domestique. :-) Ma question ne visait qu'à faire avancer le schmilblick, et je suppose que la réponse intéresserait l'auteur du post initial...
Reply to
geo cherchetout
Gloupps milles excuses alors :-))
Il est vrai que si les consomateurs de réactif , sont géographiquement près des fournisseurs de réactif .... :-)) et encore faut il qu'ils en consomment - fournissent de façon équivalente :-))
Reply to
Olivier2grambois

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.