puissance réactive en régime non sinusoïdal

Bonjour, En régime non sinusoïdal, le comité IEEE définit la puissance ractive par Q = somme des Uk * ik avec k = 1 à n rang du fondamental et de ses
harmoniques. Est-ce que quelqu'un sait si Q est la somme des Q développée par chaque dipôle d'un circuit en régime non sinusoïdal ? (ce qui est vrai avec les puissances actives en régime quelconque et également vrai avec les puissances réactives en régime sinusoïdal). Merci pour votre aide.
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Petite faute de frappe : puissance réactive définie par Q = Uk*ik*sin phi_k avec phi_k le déphasage de ik par rapport à Uk

Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
décidément je ne suis pas en forme !!! : phi_k = déphasage de Uk par rapport à ik (pas le contraire) !
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

on avait compris...
Vincent
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

mais phi_k est le déphasage de Ik par rapport à Uk.
la notion de déphasage implique une retard. Par exemple, dire que le courant est déphasé de -pi/2 par rapport à la tension veut dire que le courant est en avance de pi/2 sur la tension.
Phi = PhiU - PhiI est le déphasage ou retard de I par rapport à U.
Vincent
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

à ik (pas le contraire) !
Bof, pas grave, normalement tu sais si tu consomme ou produit ;>)

= somme des Uk * ik avec k = 1 à n rang du fondamental et de ses harmoniques.
Oui, et en plus une partie puissance déformante D pour les Uk(u) * ik(i ) si k(u) pas du même rang que k(i) ce qui est généralement le cas en electrotech ( Tension sinus pure et charge déformante ). P et Q ne sont applicables que pour des courants et tension de même rang.

par chaque dipôle d'un circuit en régime non sinusoïdal ?
Désolé mais la je n'ai pas trop saisi ta question, mais au pif en simplifiant j'aurai tendance a te dire que tu adopte les méthodes de raisonnement habituels pour chaque rang séparément, ce qui est le gros avantage de passer par fourrier. ......( a mon avis ce n'est pas ce que tu voulais savoir ;>)
Ps : Et quand on parle de sommes de Q dans le cas de charges différentes ne pas oublier que ce n'est pas une somme linéaire mais vectorielle.
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Tient, une grosse c......, cela va faire plaisir a certains ;>)
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
JP a écrit :

Effectivement, ce n'est pas ce que je voulais savoir ;-) Mon problème est le suivant : je suis en régime non sinusoïdal (courant et tension non sinusoïdaux au niveaux des différentes charges linéaires ou non linéaires d'un système quelconque). Est-ce que la puissance réactive du système (dans son ensemble) est égale à la somme des puissances réactives développées par chaque charge qui composent le système ? Je me place dans la définition du comité IEEE de la puissance réactive (car il existent différents définitions de Q : voir http://www.geea.org/IMG/doc/Synthese_des_theories_de_definition_des_puissances_en_regime_non_sinusoidal.doc )
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

http://www.geea.org/IMG/doc/Synthese_des_theories_de_definition_des_puissances_en_regime_non_sinusoidal.doc )
Moi je vous dirais que selon la définition en question, ça se conserve, mais que, par contre, les puissances déformante et apparente ne se conservent pas.
Peut-être me trompe-je ???
Pour en être sûr vous n'avez qu'à considérer séparément un association série puis parallèle et considérer que toute association est un mix des deux.
Vincent
PS: merci pour le document.
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Je n'etait pas si a cote de la plaque ( enfin j'espere )

Je viens de survoler ton document ( Merci, très intéressant ) et page 12 en lisant en travers on a bien Q=somme pour chaque harmonique identique des ( V I sin phi ).

tension non sinusoïdaux au niveaux des différentes charges linéaires ou non linéaires d'un système quelconque).
Tu a des Harmoniques en tension de rang m et des harmoniques en courant de rang h ( Tu veux faire simple, toi ;>)
Donc on reviens bien a mon propos de départ, tu agis comme d'hab : Ajout des Q de chaque charge ( en vectoriel bien sur mais je ne pense pas a te le rappeler ) et cela respectivement pour chaque harmonique h=m. ( Et j'insiste sur le chaque et le respectivement ;>) Donc pour faire plus court en réponse a ta question de départ : Oui. Maintenant si c'est pour modéliser le comportement de plusieurs charges non linéaires, si elles sont en parallèle pas de soucis, la tension étant fixe pas d'interactions entre elles on peut en essayer une seule dans son coin puis faire un calcul global. Mais si elles sont en série le comportement de l'une va influencer celui de l'autre et bonjour l'ambiance ;>(
De toute façon tout s'ajoute toujours, le problème vient des termes déformants en Vm Ih avec m différent de h ou cela deviens vite "bordelique" et ou tu te retrouve avec un grand nombre de transformations a faire, mais que ce soit pour P ou Q, tu n'a qu'un terme par rang d'harmonique.
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

ben non, les puissances déformante et apparente ne s'ajoutent pas à cause des termes croisés.
Vincent
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Je n'ai pas dit que c'etait la valeur absolue qui s'ajoutait ;>)
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Ah bon, les puissances apparente et déformante sont la valeur absolue de quelque-chose....dernières nouvelles...
Vincent
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Je vais plutôt étudier le cas d'un gradateur monophasé (interrupteur en série) sur charge résistive alimenté par le réseau sinusoïdal. Théodore Wildi (Electrotechnique, 3ème édition) en fait une étude partielle. Il semble que la puissance réactive se conserve, même lorsque le courant n'est pas sinuoïdal. Il faut que je théorise ça (la puissance réactive au niveau de l'alimentation vaut U * I1*sin phi_1 car U est sinusoïdale, il affirme que c'est le Q développé par l'interrupteur seul...ce qui sous-entend qu'il y a conservation de la puissance réactive...or la tension aux bornes de l'interrupteur n'est pas sinusoïdale : il faut donc en faire la décomposition harmonique et voir à quelle condition on retrouve le Q développé au niveau de l'alimentation).
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Oui
Vincent
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
de

si c'est circuit composé de dipôles linéaires.
Vincent
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Merci. Cependant le développement d'un courant non sinusoïdal dans le montage soumis à une tension sinusoïdale nécessite la présente de charges non linéaires. Dans ce cas les puissances réactives partielles (développées par les interrupteurs électroniques du montage mais aussi par les charges réactives linéaires) ne s'additionneraient plus ?
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
a écrit

Ben, vous pouvez aussi alimenter un circuit linéaire avec un signal périodique non sinusoïdal.

Bonne question...j'ai dit ça par précaution, mais, après tout, pourquoi non ? (A => B n'implique pas nonA => nonB)
Que vous fassiez une association série ou parallèle (puis un mix des deux), je ne vois pas ce qui empêcherait la conservation de la puissance réactive, comme de la puissance active...par compte je ne pense pas qu'il en soit de même de la puissance déformante et de la puissance apparente.
Vincent
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

parle pas des harmoniques de courant) à l'aide d'une batterie de condensateurs (qui agissent essentiellement sur Q)
Que sur Q sauf si tu a une grosse impédance de source ;>)
Maintenant, attention danger avec les batteries de condos, si tu a des harmoniques en tension. Les batteries courantes ne supportent que très mal les fréquences supérieures a celle d'utilisation !!!!!!!!!!!!
En outre comment va tu faire pour compenser chaque harmonique séparément, généralement on a une distribution des Qn décroissante en fonction de la fréquence alors que ton condo va faire exactement le contraire ( Q=U².C.n.2.pi.F) sa "puissance" de compensation augmentant avec la fréquence.
Donc si tu veux faire de la compensation en présence d'harmonique de tension, il faut faire le calcul et la batterie doit être accordée pour chaque rang d'harmoniques présentes. ( Idem pour les filtre de compensation de la puissance déformante )
Si tu veux de la littérature voit du coté des cahiers technique de schneider, de mémoire les 152, 159, 160,
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Merci, je vais regarder. Mais pour le moment faisons plus simple : source sinusoïdale d'impédance nulle, seule le courant est déformé au niveau de l'alimentation. Montage = source sinusoïdale + interrupteur en série avec résistance (gradateur).
Add pictures here
✖
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Polytechforum.com is a website by engineers for engineers. It is not affiliated with any of manufacturers or vendors discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.