Puissance nominale

Bonjour,
J'ai lu le post "variateurs" et une question me vient : qu'appelle-t-on
puissance "nominale" d'un moteur ? En effet, certains me répondront : c'est
la puissance inscrite sur la plaque signalétique...bon, on tourne en rond.
D'autres diront (c'est ce que me disaient mes profs) : c'est la puissance
qui correspond au rendement maximal du moteur. Bien...sauf qu'en lisant les
courbes caractéristiques de rendement de certains moteurs (courbes en
fonction de la puissance, de la vitesse ou autres...) , publiées par les
constructeurs, je m'aperçois parfois que le rendement est maximum pour une
puissance différente de la puissance nominale, même si elle en reste très
proche. Qu'en pensez-vous. Dans ce cas, comment déterminer expérimentalement
la puissance nominale d'un moteur ?
Reply to
Tatoche
Loading thread data ...
Bonjour
Pour les moteurs (sauf électroportatifs), c'est la puissance disponible en bout d'arbre
Oui
c'est ce qui est souhaitable
Reply to
David Crochet
Merci...mais ça ne répond pas à la question ;-). Il s'agit effectivement d'une puissance restituée à la charge mécanique dans les conditions dites "nominales", mais existe-t-il une norme qui indique la procédure à suivre pour déterminer la puissance nominale d'un moteur électrique ? Comment font les constructeurs pour la déterminer, cette puissance ?
"David Crochet" a écrit dans le message de news: 477bf08c$0$9219$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Reply to
Tatoche
Tatoche a écrit :
Par définition, la puissance nominale d'un moteur est la puissance utile maximale qu'un moteur peut fournir pendant un temps infini sans échauffement pouvant entrainer sa destruction... Pour les petits moteurs non industriels les fabricants construisent un moteur à partir de modèles existants, puis ils l'essayent pour vérifier qu'ils ne crament pas pour la puiisance désirée. Pour les gros moteurs, il y a plus de calculs mais cela se termine toujours par un essai à la puissance désirée. Pour les très gros moteurs, on fait des essais indirects pour mesurer les pertes (fer, Joule, mécaniques ) qu'il y aura dans les conditions "nominales". Une vérifaction sur site sera ensuite faite.
Reply to
Philippe
Bonjour
Les puissances des moteurs, sauf séries spécifiques, sont normalisé. Donc au constructeur de se débrouiller pour avoir cette puissance nominale dans des conditions d'utilisation définies par le contructeur.
Exemple : Un moteur 1500 W en service S1 sera de 1200 W en service S7 par exemple
Ensuite si ce n'est pas le point de fonctionnement à rendement maximal, cela ne regarde que l'acheteur et d'ailleurs est-ce un point primordial d'un moteur si ce dernier (le rendement) varie dans une fourchette au cours de sa vie (si j'achète tel type de moteur chez tel constructeur parce que je m'aperçoit qui va travailler exactement à rendement nominal, cela ne risque plus d'être le cas 1000 heures d'utilisation plus tard.
De plus un moteur travaille t'il toujours à puissance nominale ?
Reply to
David Crochet
Bonjour
Merci pour la réponse, il est vrai qu'un moteur ne travaille pratiquement jamais en régime nominal, mais c'est la définition de *nominal* qui m'intriguait, pas les *conditions de fonctionnement* du moteur proprement dites. Merci :-)
Reply to
Tatoche
Bonjour,
Intéressant...est-ce que cette définition est issue d'une norme ? Quelles sont vos sources ? L'échauffement correspond, j'imagine, à la température maximale de ses enroulements. Dans ce cas la puissance nominale correspond à la puissance max qu'il peut restituer lorsque, plongé dans une salle à température ambiante Tamb ( = 25 °C ???) il atteind la température max permise (125 °C par exemple, qui dépend de sa classe) sans dégradation de sa durée de vie (40 000 heures ?)
OK, mais dans ce cas puissance nominale = puissance maximale en service continu, non ?
Chercherait-on, alors, à obtenir pertes fer = pertes joules pour la température max autorisée sur 40000 heures de fonctionnement (ce qui assure un rendement max en service continu) ?
Reply to
Tatoche
Tatoche a écrit :
Je ne sais pas si c'est une norme mais c'est surtout du bon sens...
La grandeur caractéristique de tout matériel électrique est la contrainte thermique i2t.
Ceci permet de calculer la puissance max en fonction des modes de fonctionnement et donc du fonctionnement en régime permanent. Si on connait Inominal en alimentant le moteur sous Unominal et en le chargeant pour atteindre In on en déduit Pnominal.
Oui
Ah cette fausse idée de mathématicien livresque a la vie dure! On ne va pas s'amuser à faire des machines qui ont des pertes fer = pertes Joule pour faire plaisir au bouquin ! En pratique elles sont quasiment toujours inférieures....
A+
Reply to
Philippe
Merci pour ces précisions. Je retiens donc que puissance nominale = puissance maximale en service continu... Est-ce que quelqu'un y trouve quelque chose à redire ? ...et bonne année !
"Philippe" a écrit dans le message de news: flimit$rvc$ snipped-for-privacy@aioe.org...
Reply to
Tatoche
Philippe a écrit :
Pas d'accord. Il ne sert à rien de chiader un aspect si c'est pour pourrir un autre. Le compromis thérorique d'égalité des pertes est un idéal. Evidement qu'en pratique comme d'hab, on fait ce qu'on peut.
Vous vouliez dire différentes? inférieures à ce que donne la théorie? autre chose?
Reply to
StefJM
Question à StefJM : existe-t-il une norme qui permet à un constructeur d'assurer que la puissance nominale de sa machine vaut "tant" ? ou bien existe-t-il une norme qui décrit la procédure à appliquer pour déterminer la puissance nominale d'un moteur ? J'avoue que je cherche, mais je ne trouve rien...
"StefJM" a écrit dans le message de news: 477d04be$0$2417$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Reply to
Tatoche
Oui, j'ai confondu avec le transfo ! :-)
"Ahmed" a écrit dans le message de news: 477d140e$0$25599$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Reply to
Tatoche
StefJM a écrit :
Il m'est venu un doute et j'ai consulté mes archives pour me rendre compte que la fameuse théorie du rendement maximum s'applique aux transformateurs sous tension constante et courant de charge constant... et que de toutes façons les pertes fer à puissance nominale sont presque toujours inférieures aux pertes cuivre, ce qui explique que souvent le rendement maxi n'est pas atteint à la puissance utile max.
Reply to
Philippe
Donc puissance nominale = puissance normalisée immédiatement supérieure à la puissance développée en service continu ? J'ai lu sur le critère de choix d'un moteur brushless Lexium, qu'en cas de service discontinu on prend comme puissance utile développée équivalente en service continu la puissance = Couple équivalent thermique * moyenne de la valeur absolue de la vitesse en rad/s), la puissance nominale du moteur à prendre est égale alors à cette puissance utile divisée par un coefficient légèrement inférieur à 1 (0,8 à 0,9). La puissance nominale est donc, comme l'a dit un intervenant précédent (et vous même), une puissance normalisée...
"Ahmed" a écrit dans le message de news: 477d0e64$0$30903$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Reply to
Tatoche
"Philippe" a écrit dans le message de news: flj5eg$ao7$ snipped-for-privacy@aioe.org...
Plus exactement le rendement maxi avec Pertes cuivre = Pertes fer est obtenu pour un transfo toujours branché à sa charge, 24h/24 (rendement en puissance). Si l'on considère un service intermittent du transfo (ce qui est le cas des transfo domestiques qui ne sont pas toujours sollicités, même s'ils sont branchés en permanence sur le secteur) alors il vaut mieux considérer le rendement énergétique qui intègre le temps de service du transfo. Dans ce cas, bien évidemment, le rendement max n'est plus assuré pour l'égalité des pertes. De mémoire, pour un transfo essentiellement sous tension, mais fonctionnant les 3/4 du temps à vide, il faut alors avoir les pertes fer égales à 1/3 des pertes cuivres lors de son fonctionnement en charge.
Reply to
Tatoche
Tatoche a écrit :
C'est pas simple , la preuve c'est qu'on se chamaille ;-) Si on prends par exemple le mémotech électrotechnique chapitre 12.1.5 ( c'est pas la bible mais ça donne une bonne idée de la chose ) ils partent de la détermination suivant le fonctionnement du moteur ( à couple constant ou à vitesse constante ) pour déterminer une puissance minimale ( c'est le rôle du moteur ) A moins de faire un moteur spécial ( ce qui existe ) , a partir de cette puissance minimal on choisi la puissance normalisée strictement supérieure ( voir catalogues constructeurs ) ( le mémo dit égale ou strictement , je prèfère strictement ) , cette puissance est la puissance nominale du moteur : pourquoi "nominale" par ce que c'est son nom tout simplement , c'est le nom de la valeur normalisée ( voir séries Renard ? j'ai pas exploré cette piste )
trouvé ça dans une encyclopédie ou dico
nominal,ale,aux (adjectif) Qui a rapport au nom.
Bonne année
Reply to
Ahmed
Tatoche a écrit :
oui , j'ai à redire , la puissance "nominale" n'est que le "nom" du moteur , il ne s'agit pas de sa puissance maximale qu'il peut délivrer en service continu car alors il faudrait connaître les caractéristiques de couple et de vitesse des charges , un moteur qui entraîne un compresseur ne travaille pas de la même façon qu'un moteur qui entraine une pome centrifuge .
Reply to
Ahmed
Tatoche a écrit :
C'est déjà difficile à rélaiser sur un transfo !!!! ( statique ) alors si tu rajoutes les paramètres de vitesse ( ventilation frottements courants de foucault .... ) je ne suis pas certain que le rendement d'un moteur soit max quand pf=pc ! ( mais ce n'est qu'une idée )
Reply to
Ahmed

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.