Privatisation EDF

Le processus continue, tranquillement.
En effet, le RTE va être progressivement cédé à des tiers contrôlés par
l'État ( la caisse des dépôts par exemple).
On parle de 49% du RTE dans un premier temps.
Voir la Tribune de ce matin.
Rappel : L'Europe demande à ce que chaque pays de l'union se dote d'un
Groupe Réseaux et Transport, dont la mission est d'assurer la maintenance du
réseau THT et HT, ainsi que sa sûreté. En France c'est le rôle du RTE. Ainsi
les producteurs d'électricité produisent (dont EDF, Electrabel etc.) , le
RTE achemine.
Actuellement le RTE est 100% détenu par EDF.
Avec l'annonce de la sortie progressive du RTE d'EDF, cela permet
1.De rendre le bilan comptable EDF plus sain : en empochant le cash de la
cession et en diminuant la dette du groupe EDF (car RTE est endetté ).
2.De séparer le producteur EDF du seul juge (le RTE) de la qualité de la
fourniture sur le réseau.
Ainsi l'état habille la mariée avant de lui trouver preneur : un classique
des privatisations.
A l'issu de la cession de la totalité du RTE, EDF se retrouvera
financièrement plus sain, et les concurrents seront soulagés de savoir que
le juge du réseau n'est plus dans le giron du producteur national.
Reply to
SRV
Loading thread data ...
Salut,
EDF ira au privé, c'est sûr en ce qui me concerne (à plus ou moins long terme). On en a beaucoup discuté ici il y a peu de temps, tu connais mon avis sur la question.
Sûr que c'est une chance pour la concurrence. Maintenant, l'État ne soutiendrait plus EDF si de gros investissements étaient nécessaires, ce qui peut être sinon dangereux, au moins dommageable pour la fourniture d'énergie électrique en France (je pense qu'EDF restera pour longtemps encore le principal fournisseur en France). Et de la même façon que FT, EDF pourrait être, dans un marché concurrentiel, être handicapé par sa masse salariale et / ou ses retraités, qui finiront par peser sur ses comptes.
a+, G.T snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
"SRV" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@uni-berlin.de...
La séparation de RTE est déjà effective depuis plusieurs années du moins d'un point de vue comptable et organisationnel. La "séparation" envisagée de RTE est essentiellement juridique et n'a pas vraiment d'impact à moyen terme sur le fonctionnement du système électrique. En effet concernant la gestion du Système Electrique, l'impartialité était la mission de base de RTE; elle n'a jamais été mise en cause malgrès son appartenance à EdF. C'est de toute façon souvent le cas en Europe : avec Elia en Belgique par exemple. Il suffit de voir comment est parfois géré la séparation producteur/GRT dans certains pays comme l'Allemagne ou pire la Suisse où les opérateurs sont parfois réunis dans les mêmes locaux!!
D'ailleurs il avait été annoncé en juin dernier par Nicolas Sarkozy que RTE serait renomé EDF-Transport ce qui n'avait nullement inquiété les producteurs concurrents tels Electrabel. Evidemment ce n'était qu'un effet d'annonce, un tel changement de nom n'étant pas raisonnable ni pour EDF ni pour le GRT français;
Reply to
F
"G.T" a écrit dans le message de news:4135c751$0$26981$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
[...]
Bonjour,
Les retraités pèsent sur les comptes de l'entreprise ? Par quel mécanisme ? Claude
Reply to
Claude
"F" a écrit dans le message de news:4135ccfb$0$26985$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
On peut noter au passage qu'une privatisation avec ouverture du capital aux ménages, se prépare sur plusieurs années.
On a eu de belles publicité EDF depuis bientôt 5 ans, sur tous les supports (TV, presse, radio). Depuis 2 ans, un leitmotiv musical est intégré à l'entreprise, tous les spots TV l'ont, tous les standards téléphoniques EDF l'ont aussi.
Ajoutons que le logo de gaz de france a changé pour éviter les confusions.
Bref, du travail de marketing comme on l'enseigne en école de commerce.
Reply to
SRV
EDF et RTE sont PUBLICS et doivent être 100% PUBLIC . sous le même sigle EDF !
NON , nous nous employons pour vous préserver un service public de qualité ,
Reply to
Olivier2grambois
"Olivier2grambois" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@mb-m06.aol.com...
Les lois actuelles disent le contraire.
Mes propos étaient uniquement factuels, le processus continue bien, même s'il n'est pas soutenu par les salariés. Ensuite j'ai donné mon avis sur le futur qui me semble le plus probable.
Mais on peut ne pas être d'accord avec ce que les dirigeants souhaitent.
Reply to
SRV
Bonjour Claude,
Peut-être ai-je mal compris, l'enfilade monstre qu'il y avait eu sur le sujet du changement de statut d'EDF. J'avais cru comprendre, en la lisant, que les retraites étaient partiellement payées par EDF.
a+, G.T snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
Vous êtes trop naïf !
L'explosion d'EDF et la privatisation des morceaux est une conséquence directe et inéluctable de la politique europénne.
Ce sont les eurocrates qui décident, fallait pas voter pour des potiches lors des dernières élections européennes.
Philippe RAI
Reply to
Philippe RAI
Tout s'enchaîne, normalement .
EdF - Gadonneix, un libéral discret pour aller en Bourse 08/09/2004 14:49
par William Emmanuel PARIS, 8 septembre (Reuters) - Pierre Gadonneix, nommé mercredi à la présidence d'Electricité de France (EdF), en remplacement de François Roussely, a bâti toute sa carrière dans une certaine discrétion, évitant les controverses. Cet homme de 61 ans aux convictions libérales a longtemps caressé le rêve de prendre la direction de l'électricien public avant d'y renoncer pour se concentrer sur Gaz de France, qu'il comptait bien conduire en Bourse dès le début de 2005. "Il n'était pas demandeur de la présidence d'EdF. On lui a proposé le poste. Il a accepté car c'est un poste qui ne se refuse pas", dit-on dans son entourage. Il devra finalement s'occuper de la mise sur le marché d'EdF - un mastodonte trois fois plus gros avec un chiffre d'affaires 2003 de 44,9 milliards d'euros contre 16,6 milliards - tout en poursuivant un développement international, qui passe par la Chine, où le groupe français est très présent dans le nucléaire. Il devra aussi batailler avec les syndicats, en particulier la puissante CGT, qui avait noué une relation privilégiée avec François Roussely. Un dirigeant du syndicat, majoritaire dans les deux groupes, a toutefois minimisé les risques de conflit immédiat avec le nouveau président, dont la nomination doit être entériné lors du conseil des ministres du 15 septembre. "Nous n'avons pas de préférence. Nous n'avons pas de problème avec Gadonneix. Nous lui reprochons seulement, comme à Roussely d'ailleurs, d'avoir refusé une fusion entre EdF et Gaz de France. Mais maintenant qu'il dirige EdF, il sera peut-être plus ouvert", a-t-il dit sous couvert d'anonymat. Un ticket avait été prévu initialement avec Francis Mer, mais la disposition législative supprimant la limite d'âge de 65 ans pour les dirigeants d'entreprise publique qui aurait dû permettre à l'ancien ministre de l'Economie d'accéder à la présidence a été rejetée par le Conseil constitutionnel. Le poste de numéro deux d'EdF pourrait quant à lui revenir à Jean-François Cirelli, directeur adjoint du cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Pour un expert gouvernemental, "nommer Cirelli, qui est un libéral, aux côtés de Gadonneix, lui aussi libéral, à la tête d'EDF, c'est agiter le chiffon rouge devant les syndicats". CREATEUR D'ENTREPRISE Pierre Gadonneix se veut en tout cas d'humeur égale en toutes circonstances. Selon ses proches, il n'élève pas la voix et cherche à convaincre plutôt qu'à imposer ses vues. Il a un sens très poussé des convenances. Lors d'une réunion de chefs d'entreprise avec Francis Mer à Bercy, les participants furent surpris de l'entendre utiliser systématiquement la locution "monsieur le ministre" tout en le tutoyant. Comme nombre de présidents de groupes publics, Pierre Gadonneix a fait un passage en cabinet ministériel, mais après avoir créé sa propre entreprise. Né le 11 janvier 1943 à New York, il fait ses études à Polytechnique avant de décrocher un diplôme de l'Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs. Il entre, en 1966, chez Elf Aquitaine au service informatique. En 1969, il créé sa société, SEFI, qu'il revendra en 1972 et dont le produit, dit-on dans son entourage, lui a permis de financer ses études à la Harvard Business School, où il a décroché un doctorat en économie d'entreprise. En 1976, il est conseiller technique au cabinet du ministre de l'Industrie et de la Recherche. De 1978 à 1987, il est directeur des industries métallurgiques et électriques. C'est là, alors que le gouvernement du Premier ministre Jacques Chirac compte plusieurs ministres libéraux comme Alain Madelin, qu'on lui propose la direction générale de Gaz de France. Pendant neuf ans, il s'attelle à la restructuration financière et à l'intégration de la chaîne gazière. En 1996, il devient président du groupe public. Sous son impulsion, Gaz de France se diversifie dans l'amont, en investissant dans des champs gaziers. Cette stratégie suscite des interrogations car celle nécessite de lourds investissements. Mais le groupe dit vouloir sécuriser ses approvisionnements. Actuellement le taux de couverture est d'environ 10% et l'objectif est de le porter à 15%. Pierre Gadonneix conduit aussi la transformation juridique mais la contestation semble moins forte qu'à EdF, pour des raisons techniques, selon des sources syndicales et industrielles. Il est en effet extrêmement difficile techniquement de pratiquer des coupures de l'alimentation du gaz, la remise en route du système demandant un délai important. Les grévistes ne s'y sont pas risqués, sauf très localement, alors que les agents d'EdF ont multiplié les coupures ciblées d'électricité. /WEM
Reuters08/09/04 14:49
"SRV" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@uni-berlin.de...
begin 666 r.gif M1TE&.#EA`0`!`/
Reply to
SRV
Grosso modo Roussely OUT , c'est une bonne chose , Gadonneix, BOF c'est un plouc à la solde du plus puissant qui paye bien ces valets , n'empèche que ça va pas changer grand chose .
Pour les usagers , l'élec sera plus chère ( voir le prob de l'eau ) La qualité va se dégrader ( voir prob des trains en GB ) Le long terme sera occulté ( voir prob de la Californie ) ..... C'est ça que vous voulez ?
EDF 100% PUBLIC
Reply to
Itacurubilin
"Itacurubilin" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@mb-m11.aol.com...
Gadonneix est un libéral. Largement plus que Roussely.
Pour l'eau un pb supplémentaire est la pollution liée aux nitrates (cultures intensives). Pour la purifer, il faut des moyens lourds ==> augmentation des prix due à l'assainissement.
Là ok, réduction des coûts de la maintenance et formation ==> moins de sécurité.
Le pb de la Californie a justement était généré par le fait que les prix étaient bloqués à la hause par l'état, et que l'installation de nouvelles unités de production étaient interdites par ce même Etat.
Le pb est complexe, et le premier coup d'oeil débouche sur ta conlsuion (qui est fausse, je le répète). Plusieurs études ont été faites sur ce sujet. En cherchant sur le web, dans les libraires etc. on doit trouver.
Attention quand même à ne pas parler de sujets dont on ne connaît que peu de détails.
Globalement, la situation financière actuellement d'EDF n'est pas saine (endettement trop important par rapport aux fonds propres, cela se nomme le gearing). Et les libéraux vont ouvrir le capital pour l'assainir (augmentation des fonds propres).
Reply to
SRV
Salut,
Tout à fait.
En apportant également une certaine volatilité desdits capitaux (pas forcément bon), volatilité qui implique un facteur-risque vis-à-vis des capitaux de l'entreprise. Quand ce facteur-risque devient trop grand, on appelle ça un junk bound (littéralement "bon pourri"), dont l'intérêt est uniquement spéculatif à court terme.
a+, G.T snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
"G.T" a écrit dans le message de news:4140ab0b$0$7591$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Je n'ai rien compris à cette partie de ton post ? Mais on est HS . Tu peux continuer en bal perso
snipped-for-privacy@laposte.net virer les chiffres anti spam
Reply to
SRV
Salut,
Ah. Je vais la refaire, alors.
Toi aussi :-) mais comme on a commencé, faut finir. Tu parles du côté positif de l'ouverture du capital, moi je vais parler du côté négatif (surtout si ce capital est introduit en bourse).
Je disais :
(ça risque d'être vendu, la cote peut baisser, etc). C'est comme ça que tu te retrouves avec 1MdEUR partis en fumée.
(le facteur-risque étant donc "la cote va-t-elle tenir", le capital sera-t-il "fiable" ?, variante de ce que j'exprime au-dessus).
Le junk bound c'est un peu particulier. C'est une boîte tellement pourrie (ou mal vue) que le cours de l'action n'arrête pas de changer. On en prend donc un peu, en espèrant que ça remonte assez pour faire la culbute*. Et on attend pas plus pour fourguer, parce qu'on sait que ça va pas durer. Autant les trucs genre "plus forte progression" ou "éligible CAC40" c'est concret, de la statistique pure et dure, autant le junk bound ça dépend un peu du classement perso du courtier. M'enfin, les valeurs du CAC ne sont pas classées dans les junk bounds du courtier, en général :-) La pratique du junk bound ressemble un peu à celle du capital-risque, sauf qu'on ne "joue" que sur une partie de la boîte.
*
C'est radicalement différent du day-trading, où en général on se concentre sur quelques valeurs (toujours les mêmes), et où on profite des fluctuations journalières (d'où le "day") pour faire un bénéfice dans la journée en vendant (d'où le "trading"). On s'en fout de vendre 10 fois (ou plus) par jour. Ah, faut être informé quasiment en temps réel pour pas se louper, hein :-)
Voilà donc ce qui risque d'arriver à l'EDF si le capital est introduit en Bourse (c'est le lot de chaque boîte introduite, ceci dit). Assainissement, certes, mais aussi risque de volatilité et donc de capitaux volatilisés.
a+, G.T (limité en éco, mais quand même) snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
"G.T" a écrit dans le message de news:4141cbfd$0$17703$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Salut, et merci de tes explications. Mais visiblement, si je peux me permettre, tu confonds beaucoup de choses sur le plan financier ! Les capitaux propres (dits ou aussi fonds propres ou situation nette ou actif net, abrégés FP par la suite ), n'ont rien à voir avec le cours boursier de la société.
C'est du débat comptable, donc un peu technique, mais il convient de rester rigoureux dans la justesse des propos.
Explications :
Quand EDF va ouvrir son capital (en bourse ou non, car on peut l'ouvrir sans aller en bourse), elle va recevoir des sous. Ses sous pourront être utilisés comme bon le souhaite le directoire (comme quand un ménage touche un salaire).
Mais ils doivent être inscrits sur le plan comptable de la boite. Les sous seront dans l'actif (actif = ce que possède la boite, terrain, usines, sous en banque, etc ...). Et pour effectuer l'équilibre comptable , la même somme sera inscrite au passif dans le poste FP (passif = d'où viennent les actifs ).
Donc l'ouverture du capital va augmenter les FP d'un montant égal à la somme nouvelle ainsi encaissée.
Après, supposons que la boite soit en bourse et que l'ouverture du K a eu lieu à 100 euro sur 1 millions de titres. La boite a touché 100 millions d'euros qui seront mis comme expliqués ci-dessus.
Et bien, que le cours vaille 50 euro ou 150 euro ne change nullement les FP ! FP et cours boursier = rien à voir .
Ce qui change c'est la notoriété de la société, les rapports avec les banquiers qui ont prêté des sous, les relations avec les actionnaires etc .....
Donc la volatilité du cours de bourse n'entraîne pas la volatilité des FP de l'entreprise, mais uniquement la volatilité de la capitalisation boursière de l'entreprise. Je sais la subtilité terminologique est difficile.
Et Junk bound veut dire 'obligation pourrie' . Et une obligation n'a rien à voir avec une action. Mais par abus de langage on attribut parfois la notation 'junk bound' à une société qui est fragile financièrement (elle a fait un emprunt pourri ).
Voili voilà. tu l'auras compris, je ne suis pas un novice en finance. Je peux même dire que je me démerde plutôt bien sur les marchés ... Va voir les archives de fr.misc.finance à l'époque où j'y postais souvent. :-)
Reply to
SRV
Salut !
Ah, ben tu parles...
C'est possible. Je n'ai jamais prétendu être un fin limier des finances :-)
:-/ A quel moment c'est lié, mis à part à l'introduction ? Et mis à part dans les opérations d'achat - revente d'actions par la boîte elle-même ?
Elle peut l'ouvrir sans qu'il le soit en bourse, nous sommes d'accord. La situation catastrophe que j'énonce au-dessus ne tient, bien sûr, que s'il est en bourse.
Vrai. Avec plus ou moins l'aval des actionnaires, ce qui est la moindre des choses.
Vrai.
Vrai aussi.
Je suis, nous sommes d'accord jusque-là.
?
(même si ce qui inquiète plus les actionnaires, ce sont les dividendes).
Bon, alors elle est où, la différence ?
Ce n'est pas la même chose, effectivement. Probablement une confusion avec les T-bounds (ma trad doit être mauvaise, puisque ce serait "bons du Trésor [US]".
J'avais cru le saisir :-)
T'as pas l'air d'être un manche, et tu connais bien les définitions :-)
Faudrait bien que j'y passe, tiens...
La question que je me pose, aussi, c'est qui entrerait alors dans le capital de l'EDF ? Des grands groupes industriels ? Pas certain... La CDC ? Possible. Et après ?
a+, G.T snipped-for-privacy@worldonline.fr 205 Diesel & turbo-Diesel :
formatting link

Reply to
G.T
c'est bien ce que je dis : un plouc , un valet au service du capital comme tout libéral qui se respecte !
Pour l'élec un pb supplémentaire est la pollution liées aux déchets nucléaires .... Et les moyens pour purifier sont AMHA très supérieurs à ceux de l'eau ! Il a eu des moyens mis en oeuvre ... il suffisait d'attendre un peu que les techniques soit mises au point au moyen de cet outil qui à été destroyé .
et ceci coûte aussi !
Dans les années 70 / 80 EDF était largement déficitaire notament à cause du plan nucléaire que voulait le gouvernement , service public oblige ! EDF a réalisé des emprunts importants à l'étranger mais à toujours payé sur son CA l'état , en plus du 1% du CA pour les actionnaires ( une dizaine de personnes ) et 1% du CA pour les oeuvres sociales ( + de 500000 personnes agents et ayants droit ) Ce qui a montré qu'EDF était une boite sérieuse et viable , puisque les emprunts on été remboursés .
(Même prob en 1948 , voir "Histoire d'EDF" Tome 3 de l'Histoire de l'électricité en France editions Fayard . En 1946 pour l'intérêt général de la France le "transport" à été nationalisé , pas la produc et pas la distrib , c'est en 1948 que face à l'indifférence des sociétés qui ne voulaient pas investir à long terme que le gouvernement et le ministre de l'industrie de l'époque Marcel Paul on nationalisé une partie de la production et une partie de la distribution (restait quelques compagnies comme celle du Rhône et les régies comme Bordeaux et en Alsace ) )
Boite sérieuse dite vous ? mais alors pourquoi le grand capital n'en profite pas ? ... et paf ! voilà l'entrée des libéraux , on commence à sectoriser , à fermer des services à éclater ce qui peut l'être . A s'intérresser à l'international .... jusqu'au CRASH de l'Argentine ceci pour la partie visible de l'iceberg ( vite mise sous baillons d'ailleurs ! à la Pinochet si l'année 1973 vous dit quelque chose )
certes il est complexe , mais ma conclusion n'est pas fausse , elle est , simplement jusqu'à ce que l'histoire prouve quelle soit fausse !
Pas besoin d'aller sur le Web pour chercher , j'ai les éléments tous les matins sur mon bureau , et je désespère de voir que chaque jour que l'ingéniérie se détache de plus en plus des exploitants en essayant de vendre ( vendre du vent ? ) et faire du "chiffre" plutôt que de s'intérresser à améliorer le système et les conditions d'exploitation. Etre Maître d'Oeuvre au Laos , n'apporte rien, et vu le fric que l'on soustrait on n'apporte pas grand chose au Laos , sauf le chaos capitaliste le bordel libéral ( bonjour le modèle ) , la grandeur des puissants et la misère pour les autres . On traite les Arabes de "marchands de tapis" et on met en place des "TRADEURS" tout en fermant les services de maintenance ,on crée de l'emploi dans le marchandage , mieux payés à rien faire de productif ... c'est vrai que le libéralisme coûte cher !
1k scuses , il est peut être vrai que je ne connaisse pas l'histoire d'EDF !!!!!
propres , propres ? tu ne sait pas si cet argent vient de Colombie ou des petites filles qui apentent le trottoir ! un bon gros marché libéral !
renseigne toi bien et trouve un bon libéral qui accepte d'investir sur 30 voir 100 ans ! Les Pharaons investissaient sur .... pour l'instant 3000 ans , le CNR et le gouvernement on investit pour 30 ans , aujourd'hui le libéral investi pour 3 ans ( voir 3 jours avec leurs Starte Upe )
Et t'inquites pas pour le HS, vu qu'à l'époque de la création NG cela à fait partie de la discussion et on en été arrivés à la conclusion que plutôt créer plusieurs NG ( électrotech social , électrotech histoire , électrotech techniques .... ) il valait mieux dans un premier temps regrouper les sujets quitte à ouvrir un nouveau NG si le besoin s'en fait sentir , ce qui semble être le cas aujourd'hui .
L'argent ne fait pas le bonheur des pauvres ... ( Coluche )
EDF 100% PUBLIC
Reply to
Itacurubilin
"Itacurubilin" a écrit dans le message de news: snipped-for-privacy@mb-m13.aol.com...
Bonsoir
Ton post est intéressant, on sent le vécu, la culture de l'entreprise.
Par contre ta conception manichéenne du monde ' libéral ou opposé fortement au libéralisme ' , me fait penser que tu manques de culture économique, mais peut être que je me trompe. Et je précise que mes propos se veulent constructifs et non insultants (je ne suis pas Victor, joke hein .. :-)
Je pense que dans tes propos tu désignes par 'libéralisme', le coté le plus destructeur de ce mouvement. Le libéralisme détruit la planète : 4% des individus consomment 75% des ressources. C'est donc un système mal conçu, et qui nous mène droit au mur (pas nous, mais les générations qui arrivent ).
En fait, le libéralisme regroupe beaucoup de mouvements économiques. Vraiment beaucoup. A l'extrême je rappelle que Karl Marx est un anti capitaliste (euphémisme :-)) mais qu'il a piqué la façon d'analyser la valeur d'un bien à un libéral ( Mr. Ricardo) . Comme quoi, même les anti libéraux s'inspirent parfois des idées de leurs ennemis.
De même, l'idée d'une relance de l'économie par la consommation des ménages, en augmentant les bas salaires et en taxant les plus riches est aussi une idée d'un libéral. Il est fort connu même , c'est l'américain Keynes. L'éducation pour les masses est aussi une idée d'un libéral (Adam Smith). Et le libéralisme n'a pas que des mauvais cotés : il a permis le développement de l'espérance de vie de l'ensemble des pays qui l'ont adopté depuis plusieurs générations (on peut même étendre son bienfait en mesurant l'IDH). Le temps de travail n'a jamais été aussi court (Keynes le voyait à 20H/semaine en 2000, bon il s'est un peu planté !! :-)
D'un autre coté, les congés payés de 1936 n'ont pas été donné par les patrons. Mais on peut aussi nuancer ce propose et voir que grâce à la révolution industrielle, les congés payés ont pu être possibles.
Mais je sais qu'au sein d'EDF parler de libéralisme, revient à parler du diable. C'est le choc de deux mondes.
Reply to
SRV

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.