Basculement de secteur sans coupure

wrote:


en regardant je ne vois aucun plombage, de toute maniere le mécanisme d'interverouillage est inaccessible, il passe dans le chassis supportant les 2 contacteurs.
Mais je ne vois pas ce qu'un plombage pourrait apporter ?
--
http://olivier.2a.free.fr /
pas de turlututu. apres l'@robase
  Click to see the full signature.
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Moi non plus !!
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

négligeable (pour info, un onduleur tri-tri 40kVA c'est pas loin de 15 k€).
Mais pourquoi tout sauvegarder ?
il y a longtemps que coté production on n'alimente plus les moteurs et la puissance via onduleurs, uniquement les automatismes.
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Tout dépend de ce qu'il y a derrière !!!et du temps de coupure admis !! Des machines à forte inertie oui, des centres d'usinages rapides bourrés de variateurs et de moteurs brushless non !! T Alexandre
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Des machines à forte inertie oui, des centres d'usinages rapides bourrés de variateurs et de moteurs brushless non !!
Completement d'accord
Quoique avec les machines a forte inertie cela me rappelle un truc ou a chaque coupure de courant comme il freinaient un chariot en contre courant le dit chariot allait faire une bise a ses tampons en bout de piste ;>)
JP
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
JP a écrit :

Pour la partie informatique, il existe déjà un onduleur (tri mono de 6kVA).
Mais le problème, se sont des machines de pose qui lors de la coupure se mettent "en sécurité". Il faut alors vider la machine, relancer la phase de demarrage (comme lorsqu'on la démarre), ce qui prend environ 20 minutes puis relancer la production.
Le parc desdites machines consomment 23kVA (mesure par sonde ampere métrique au TGBT).
Pour le reste (éclairage etc), peu importe si il y a une coupure.
Pour la méthode, plusieurs sont envisagées, on va commencer les tests avec un onduleur de prêt (MGE Comet EX 11kVA), si cela ne convient pas, on changera probablement le groupe.
Jean
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Y'a pas à hésiter faut mettre soit un groupe à tension constante
moteur asynchrone + volant inertie + alternateur : avantages : permet de s'affranchir pour un coût d'exploitation raisonnable (diff rendement moteur alternateur ) des coupures micro coupures creux de tension jusqu'à 2 - 3 s le réseau ainsi créé est complétement indépendant du réseau public.
soit onduleur secouru par groupe si coupure > 10 mn
Ces deux solutions permettent une alimentation indépendante du réseau public et sans coupures (micro macro creux etc)
L'onduleur necessite malheureusement des changements de batteries régulier et ne peut supporter des pointes de démarrage.
toute solution consistant à rester sur le réseau public puis commuter sur une source secours en cas de perte du réseau principal entraine une micro-coupure plus ou moins longue ( 80 à 150 ms) due à la manoeuvre des organes de coupure et à la détection du défaut affectant le réseau public (creux de tension due à la foudre par exp). Dans ce cas le matériel alimenté doit être insensibilisé et ne pas réagir à la moindre perturbation. C'est très dur à réaliser en pratique .
T Alexandre
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

C'est sur que dans son cas mettre un groupe tournant n'est pas une mauvaise solution
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Thierry ALEXANDRE a écrit :

Bonjour
Finalement, l'utilisation d'un onduleur ne passe pas. Bien qu'il est censé accepter des surcharge de 2,5xPmax pour des durées < 1s, l'onduleur rouspète tout de même et trace dans sa mémoire le "défaut"
Donc la solution, c'est le changement du groupe. Le nouveau aura un embrayage piloté, un volant d'inertie et la génératrice.
Le groupe démarre, embrayage débrayé, génératrice reliée au réseau (fonctionne donc en moteur en permanence). Lors du basculement, on ouvre le contacteur réseau EDF, la génératrice avec son volant d'inertie joue le rôle d'intérim, et dans le même temps, on embraye, donc le groupe prend le relais. On nous a garanti un fonctionnement sans coupures (éventuellement un léger creux de tension lors de la phase embrayage débrayé)
En tout cas merci pour vos réponses.
Jean
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
wrote:

Oui, accompagnée d'une legere baisse de frequence il faut donc vérifier qu'elle ne perturbera pas le process qui est derriere, en fait ça dépend du temps pendant lequel le systeme vivra sur l'intertie du volant et si le moteur est déjà en route ou juste en chauffe et démarré par le volant.
Cette solution vous procure une basculement relativement propre mais ne vous protege pas des défauts secteurs comme l'onduleur, maintenant si l'onduleur ne supporte pas la surcharge il y a de forte chance pour qu'il passe en bybass statique durant le surcourant et donc coupure si cela se produit pendant le basculement.
--
http://olivier.2a.free.fr /
pas de turlututu. apres l'@robase
  Click to see the full signature.
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Exact !! Pour être protégé totalement y compris des creux de tension externes il faut Moteur Thermique + embrayage + Moteur électrique + Volant d'inertie + Alternateur et toujours travailler sur l'alternateur mais ne pas coupler l'alternateur au réseau !!
T Alexandre
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
On Fri, 16 Nov 2007 16:50:07 +0100, "Thierry ALEXANDRE"

en gros un groupe ward leonard dont l'axe est embrayable sur un moteur thermique ?
Je me pose la question de savoir si le couplage secteur + themique est autorisé dans le cas ou le moteur electrique est non reversible, en toute logique il n'y a pas risque de reinjection ?
--
http://olivier.2a.free.fr /
pas de turlututu. apres l'@robase
  Click to see the full signature.
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Normalement non; ce n'est ni plus qu'un moteur avec une grosse inertie , mais il suffit de mettre un relais à minimum de tension qui coupe le moteur électrique et enclenche le thermique. De toute façon la réinjection ne peut durer longtemps : tôt ou tard une protection finit par réagir; on ne peut pas alimenter le monde entier avec une lampe de poche. D'autre part il faut aussi mettre des protections qui empêchent d'envoyer du courant à fréquence bizzarre au delà d'un certain seuil en coupant la sortie de l'alternateur.
T Alexandre
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Bonsoir, Et notre coffret GTE26666 (la norme a changé elle s'appelle B..... si quelqu'un peut me le rappeller !) Bref nous devons avoir dans le cas d'un couplage réseau (ou fugitif !) un coffret de protection de découplage avec mini maxi tension, fréquence, courant tout cela agissant sur une bobine MN du dispositif permettant d'isoler le générateur du réseau afin d'éviter de faire remonter le défaut si il y en a un au couplage, sur le réseau de nos amis EDF.
none a écrit :

Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

A mon sens plutôt d'éviter de continuer à alimenter le défaut dans le cas d'un défaut sur le réseau public. T Alexandre
Add pictures here
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Polytechforum.com is a website by engineers for engineers. It is not affiliated with any of manufacturers or vendors discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.