Fusible/disjoncteur

Bonsoir,
L'un ou l'une d'entre vous peut-il me renseigner sur le N° de la norme
(mai speut-être n'y en t-il pas) qui dirait que les fusible AD à mettre
en accompagnement d'un disjoncteur domestique doivent être du calibre le
plus élevé du disjoncteur ? exemple AD45 pour un 15/45 ou AD30 pour un
10/30.
J'ai rien vu dans la 14100 ni dans la 15100.
Merci
Daniel
Reply to
Daniel
Loading thread data ...
un fusible avec un disjoncteur ? a bon ? Ce n'est que dans le domaine domestique ?
Reply to
Loic GRENON
Loic GRENON a écrit:
pas tout à fait dans le domaine domestique mais presque ! un DJ de branchement a un PdC de 6 à 8 kA , le réseau BTA peut aller de 30 kA à 6 kA suivant le cas . Il faut donc un dispositif qui ai un PdC compatible , les fusibles AD on en général un PdC de 100 kA ( AD : accompagnement disjoncteur ) , de plus ils ont un rôle de sectionnement ( comme tout fusible ) que n'a pas le disjoncteur ( quel qu'il soit )
Reply to
itacurubi
Loic GRENON a écrit :
Le prix des disjoncteurs industriels avec un PdC n'est pas le même que celui qui est sur ton tableau de comptage en tant que particulier (comprendre par particulier le fait d'avoir une puisssance entre 3 et 36 KVA). Et donc, comme il a été dit, pour compenser cette absence de PdC, il est installer des fusibles d'accompagnement disjoncteur.
Reply to
Daniel
Le Tue, 18 Oct 2005 20:51:50 +0200, itacurubi a écrit :
Bonsoir NON, le 13-100 est relative à la HT Les AD sont gérés par la NF C 62-921 : Décembre 1981 Cartouche fusible pour accompagnement de disjoncteur (dixit la 14-100, renvoi 28) Pour moi, il est tout à fait normal de protéger un disjoncteur variable par des AD au max de sa puissance. De même qu'une protection de ligne, elle doit être configurée suivant la section des conducteurs, et non suivant ce qui se trouve au bout. Il serait beau le mec d'EDF qui met des AD 30A et régle le disjoncteur d'abonné à 45A :-( Mais ce n'est que moin avis!!!!!! Amicalement, Michel
Reply to
Michel MARTIN
Oui je sais bien mais je dis que le choix d'un disjonteur ne se fait pas de la même manière en industrie que pour un usage domestique
Reply to
Loic GRENON
Suivant l'intensité traversant le conducteur plutot nan ?
Reply to
Loic GRENON
Le Wed, 19 Oct 2005 10:16:40 +0200, Loic GRENON a écrit :
Bonsoir, dans la norme, il est dit (par exemple) qu'une ligne d'éclairage, en 1,5 mm², sera protégée par un disjoncteur de 15 A ou un fusible de 10 A. Il n'est pas question de dire qu'ici, il y aura un projecteur et que l'on va mettre un disjoncteur de 2 A pour ce prohjecteur de 500W. On protège la ligne (suivant sa section, la catégorie d'isolant et le mode de pose). On se f... de ce qu'il y a au bout. Seules exeptions: si les lignes sont vraiment dédiées et mono-utilisation (VMC, contacteur J/N, contacteur de pompes, ......) on peut monter un fusible de valeur égale ou légèrement supérieure à la consommation de l'appareil. Amicalement, Michel
Reply to
Michel MARTIN
"Michel MARTIN" a écrit dans le message de news:1fnrt4mz7f3ee$. snipped-for-privacy@40tude.net... .../...
.../... == = = = = = = = = = = = =
Bonsoir
oui vision normative globale et juste
mais rien n'interdit 1 de calibrer au plus près de la puissance installée tout ou % des récepteurs d'une installation domestique en tapant eventuellemnt dans les modulaires "industriels" pour une meilleure gamme de calibres 2 de surdimensionner à la section dite economique les lignes habituellement chargées tout en conservant la protection normative initiale
du 2A pour des fluos compactes c'est bien et cabler la boite du four cuisinière en 16² pour constituer un " élément disruptif général" en cas de perturbation foudre conduite c'est pas mal aussi ;-)
( indirectement le sous calibrage permet aussi de limiter les abus et bidouilles de certains locataires )
Pour le domestique le probleme eventuel des surtensions générées par la tension d'arc non maitrisée et sur les departs équipés de disjoncteurs modulaire de faible calibre ( sous calibrés comme dit plus haut ) se compense avec une simple GMOV 275V (3500A ) en mode differentiel
simple avis
hugh
victor
Reply to
victor
Donc en fait, on protège pas vraiment ? car en prenant ton exemple le projecteur peut très bien absorber une surintensité et le disjoncteur ne déclenchera pas ?
Reply to
Loic GRENON
Bonsoir,
Le Thu, 20 Oct 2005 19:15:06 +0200, Loic GRENON a écrit :
En fait, si la ligne est bien protégée, si le projecteur consomme de trop, c'est qu'il y a un court-circuit interne, par exemple, et le disjoncteur/fusible ouvrira le circuit (il n'y a aucune raison qu'un projecteur consomme plus que la normale. Par contre pour un moteur, c'est possible, lorsque la charge devient top importante, ou si le moteur vieillit mal. Mais généralement, les moteurs ont des protections mieux adaptées, et presque pil-poil). La ligne ne crait rien, car la protection a été adoptée pour cela. Si on veut protéger au plus juste le projecteur, faire comme dit Victor, et protéger plus bas. Rien n'interdit de protéger plus bas, il est juste interdit de protéger plus haut! Pour en revenir à la réflexion de Victor, elle est juste, mais il faut quand même souligner que les gammes de fusibles vont en "étages" de 2A généralement (gamme industrielle), ou par valeur correspondant à un support, pour la gamme domestique (impossible de mélanger les cartouches entre les divers supports), et qu'il est pratiquement impossible de régler au pil-poil. Mais il est vrai que protéger un récepteur de 1,4 A avec un 2A sera plus "rapide" qu'avec un 16A.
J'ai annoncé "des lignes dédiées" (avec une liste non exaustive), mais rien ne l'interdit sur des lignes alimentant plusieurs récepteurs moins gourmands ou plus fragile. Mais cela multiplie les cartouches de réserves.
Amicalement, Michel
Reply to
Michel MARTIN

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.