puissance active et réactive

Tatoche a écrit :


le terme en sinus qui apparait est li√©(proportionelle si je me rappalle bien) √† la valeur moyenne de la puissance fluctuante sur un quart de p√©riode T/4 (o√Ļ T est la p√©riode du la tension par exemple)
Add pictures here
‚úĖ
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
fast a écrit :

Sur 1/4 de la p√©riode ? c'est pas con ! t'aurais pas le dire plus t√īt :-))))))))))
Add pictures here
‚úĖ
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Itacurubi a écrit :

Oui, mais maintenant, il y a le coeff 1/pi à justifier physiquement...
--
StefJM

Add pictures here
‚úĖ
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
StefJM a écrit :

c'est pas pour rien qu'on l'appelle "réactive" cette puissance ! :-)
Add pictures here
‚úĖ
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Itacurubi a écrit :

On peut trouver d'autres liens c'est aussi la moyenne géométrique de Pmax et Pmin
Add pictures here
‚úĖ
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
fast a écrit :

C'est bien cela. Voici le calcul qui correspond
p(t) = Ueff . Ieff . ( cos Y - cos(2wt+Y) )
p(t)-P = puissance fluctuante = Ueff . Ieff . cos(2wt+Y)
En prenant la valeur moyenne sur 0 T/4, je trouve 1/pi . U.I.sin(Y)
Enfin le sin(Y) qui apparait sans la trigo, cela fera plaisir à Itacurubi! ;-)
Reste le coeff 1/pi à expliquer physiquement.
Un lien avec les coeff des décompositions en série de Fourier? (2/pi) Un lien avec les impédances? (1/jw)
--
StefJM

Add pictures here
‚úĖ
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload
Vincent
Add pictures here
‚úĖ
<% if( /^image/.test(type) ){ %>
<% } %>
<%-name%>
Add image file
Upload

Polytechforum.com is a website by engineers for engineers. It is not affiliated with any of manufacturers or vendors discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.