Parafoudre

Ce n'est effectivement pas simple.
Si l'équipotentialité est mal faite, et c'est le cas dans le domestique où l'équipotentialité est uniquement de sécurité en 50 Hz et en plus réalisée en étoile, les diverses montées en potentiel vont se faire plus en fonction de l'origine des courants (chute sur la maison, sur la ligne d'énergie, télécom, dans le jardin ou ailleurs ...) que de la qualité de la terre, c'est ce que je veux dire.
Ensuite il faut bien voir qu'avec un choc de foudre les courants ne passent pas seulement dans les fils, mais aussi dans la structure de la maison et les tuyauteries, ce qui ne facilite pas la compréhension de ce qui se passe.
C'est pour cela que j'ai dit qu'une protection secondaire près des matériels sensibles raccordés à la fois au réseau électrique et au réseau télécom est nécessaire. On réalise alors une équipotentialité de proximité limitée au matériel concerné.
Des protections peuvent effectivement fonctionner quelle que soit l'impédance de terre. Faut voir de près de quoi il s'agit (pour être exact il s'agit de techniques de mise en oeuvre des protections classiques). Mais une chose est certaine, il doit toujours y avoir une masse de référence. Ca peut être la terre, mais pas nécessairement, comme dans les avions qui sont protégés qu'ils soient en l'air ou au sol.
Reply to
Philippe RAI
Loading thread data ...
"Philippe RAI" a écrit dans le message de news: 1i4r42w.1b809ay1utzk2> ..../...
RE : vous l'assumez celle la :-(((((((((((((((((((((
V
RE : celle la aussi :-(((((((((((((((((((
V
Reply to
vocatus
"Philippe RAI" a écrit
D'après vous, je suis marchand de légumes (profession que je respecte par ailleurs) ?
Evidemment.
Voilà. Et je re-redis que c'est le cadre dans lequel était posée la question. Claude
Reply to
Claude
"Philippe RAI" a écrit dans le message de news: 1i4r48f.pjweuy1iovhc0N%.
Re : :-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) l'acceptation ne vaut pas certitude de résultat arretez votre dictature à oeillères de la LES généralisée et plongez vous un peu plus dans les notices des centraux si vous êtes vraiment un pro
Vous expliquerez aussi aux pros de votre école comment un haut de petite maison style cabane bois avec murs en pierre et ou tout était distinct aprèsconseil d'un pro pronant les LES a été pulvérisée. foudre celle-ci laissant une trace périphérique sur tout le tour du mur sur le plat de son faitage sous les chevrons ????? plus qqs bois % éclatés .( LES 29² nu en pied de mur sur l'extérieur avec piquets aux angles et murs percés remontées par le sous sol aux droits) Moi j'aurai réalisé une LES 25² isolée sur le mur... comme ce qui .a fait ses preuves dans les batiments industriels ou agricoles bardés
Avec la foudre il n'y a que des compromis mais pas de solution sure et définitive à 100%
V
Reply to
vocatus
"Philippe RAI" a écrit
Merci pour cet exposé. Attention toutefois à ne pas mélanger systèmes isolés et systèmes non isolés, installation domestique et industrielle, et autres petits points plus de détail.
Il y a avait une tradition en matière de protection foudre, qui était de dire que c'est exclusivement affaire de spécialiste et qu'il faut faire appel à quelque gourou pour avoir une réponse appropriée à chaque cas. La publication d'ouvrages de vulgarisation et surtout la normalisation et plus généralement l'environnement réglementaire tendent maintenant à faire basculer le balancier dans l'autre sens : beaucoup d'études se font à coups de copier/coller et d'application de recettes standards avec énoncé de généralités. A mon avis, mais ce n'est que mon avis, la difficulté est qu'il faudrait que ce balancier s'arrête à une position d'équilibre entre les deux : on ne résout pas les cas particuliers (l'installation domestique est un cas particulier par rapport à l'essentiel du marché qui est industriel - j'y inclus la protection des réseaux électriques et télécoms - et tertiaire) en énonçant des principes généraux par ailleurs parfaitement exacts, mais inapplicables tels quels à l'existant. J'ai l'air d'insister, mais ce sont les faits qui sont têtus ;o)
Claude
Reply to
Claude
Bien sûr que si ! Je parle du raccordement des blindages des câbles.
Ce n'est pas une dictature, c'est un fait technique. C'est quoi exactement LES ?
Vous voulez parler des centraux téléphoniques ? le pire des câblages en matière de CEM !
Je ne comprends pas l'installation. Précisez. Qu'est-ce qui était distinct de quoi ? Comment était réalisée la protection du bâtiment ?
Je ne comprends pas soyez plus clair.
Bien sûr que si, il faut juste mettre les moyens nécessaires.
Il faut bien comprendre aussi que les descentes le long des murs ne sont pas tellement moins impédantes que les murs eux-mêmes et qu'une grande partie, voire plus de la moitié du courant de foudre passera par les structures du bâtiment.
C'est bien pour cela que la protection foudre d'un bâtiment doit être intégrée dans sa structure. Une protection rapportée par maillage extérieur est toujours moins efficace.
Reply to
Philippe RAI
Je répondais à cette phrase :
"Ne surtout pas le relier (le blindage du câble) en deux points, mais en un seul pour qu'aucun courant ne circule dans l'écran."
qui va à l'encontre des prescriptions actuelles, c'est tout.
On raccorde les deux extrémités, voire plus, justement pour faire passer un courant à l'origine de l'effet réducteur (valable seulement en HF).
Reply to
Philippe RAI
"Philippe RAI" a écrit dans le message de news: 1i4syqv.ir7wim18yyt8gN% snipped-for-privacy@NoSm-freesurf.fr...
RE : :-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
RE : :-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) prenez au moins la peine de lire les notices avant de vous vautrer dans l'erreur absolue
. .>
RE : :-))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) :-))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) :-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
:-)))))))))))))))))))))))))))))))))) :-)))))))))))))))))))))
.V
Reply to
vocatus
Pas la peine de lire, il suffit de constater sur place. Je ne sais pas comment sont les plus récents, mais les anciens ....
C'est sûr que comme ça on va avancer !
Reply to
Philippe RAI
Ce que je voulais dire, et =E0 quoi j'ai l'impression que vous n'avez pas r=E9pondu :
Pour le parafoudre "r=E9seau =E9lectrique", tout le monde =E0 l'air de s'accorder =E0 dire que la longeur des connecteurs, et donc en particulier la longueur entre le parfoudre et prise de terre principale (le 25 mm2 qui sort du sol), est tr=E8s importante (doit =EAtre < 50 cm).
Mais pour le c=E2ble t=E9l=E9phonique blind=E9? : ses extr=E9mit=E9s sont t= outes les 2 =E0 plusieurs m=E8tres de la prise de terre principale! (Une extr=E9mit=E9 dans un bo=EEtier sur la fa=E7ade de la maison, l'autre extr=E9mit=E9 dans la premi=E8re prise t=E9l=E9phonique de la maison).
Donc si la longueur du conducteur reliant chaque extremit=E9 du blindage =E0 la prise de terre principale doit =E9galement =EAtre tr=E8s courte pour =EAtre efficace, je ne vois pas de solution!
De plus, pour qu'elle soit efficace, faudrait-il r=E9aliser ces liaisons avec du c=E2ble de section importante? Je me vois mal faire courir un 16 mm2 (vert-jaune, magnifique sur la fa=E7ade de la maison...) en parall=E8lle du c=E2ble t=E9l=E9phonique, depuis le bo=EEtier sur la fa=E7a= de de la maison jusqu'=E0 la terre, et un autre depuis la terre jusqu'=E0 la premi=E8re prise t=E9l=E9phonique dans la maison...
Votre message signifie-t-il que ce serait la seule solution efficace?
Reply to
Guins
Guins a écrit :
Pour un parafoudre , on ne peut pas raisonner sur les systèmes basiques CC ou CA 50 Hz , il faut raisonner du CC a de très hautes fréquences . En très hautes ( ou hyper fréquences ) un coude à 30 ° en 25 mm² sur 15 cm représente une impédance non-négligeable en HF et THF , et donc traversée par un courant HF et THF ( loi d'Ampère , malheureusement subtilisée par Ohm ) , les tensions augmentent. voir à ce sujet les thérories des antennes ...mais les RA (OM) se font de plus en plus rares :-(
Quand on lit des littératures sur les prises de terre autres que sur NFC XXX qui n'expliquent rien ( et en plus c'est payant ) , on se rends compte que la prise de terre possède diverses fonctions : or ces fonctions ne sont pas les mêmes quand il s'agit d'une prise de terre "énergie" en régime TT, IT TNS ou TNC ( pour faire simple ) , ou d'une prise de terre d'un réseau "info " qu'il soit téléphonique ou autre ou d'une prise de terre pour des parafoudres .
entre autre le rôle de la prise de terre est de fixer localement un potentiel 0 ( je n'ai pas dit le 0 volt absolu ! ) . il y a qq années on ne pouvait pas raccorder ( et pour cause ! ) les terres télecom aux terres "énergie" et encore moins aux terres parafoudre .
Reply to
Itacurubi
Si, j'ai déjà répondu. Directement à votre premier message qui a lancé cette conversation. S'il y a quelque chose que vous ne comprenez pas, posez des questions à partir de mon explication.
Vous avez mis le doigt sur le problème. Le principe de base de la protection foudre c'est l'équipotentialité.
Telle qu'est réalisée votre installation vous ne pouvez pas réaliser simplement une référence équipotentielle entre le réseau d'énergie et le réseau télécom.
La seule solution consiste à faire arriver votre câble téléphonique au même endroit que l'arrivée d'énergie. Les deux parafoudres doivent être côte à côte. Peu importe qu'il soit blindé ou pas, d'ailleurs en amont de votre boîtier il ne l'est pas.
Sinon pour protéger le matériel raccordé à la fois aux deux réseaux (téléphone, modem ...) vous pouvez utiliser les prises parafoudre communes (donc réalisation d'une même référence de potentiel locale). Leur efficacité est moindre, mais cela vous permettra d'éviter pas mal de perturbations.
Reply to
Philippe RAI
J'ai lu le tr=E8s instructif :
formatting link
(Et achet=E9 un SPN240R : type 2, capacit=E9 d'=E9coulement 40 kA, avec deux connexions pour c=E2ble de terre, protection en mode diff=E9rentiel et en mode commun, d=E9brochable (=E0 cartouches rempla=E7ables), avec indicateur de r=E9serve de protection, y compris un =E9tat interm=E9diaire qui indique qu'il faut changer les cartouches mais que pour le moment elles sont encore fonctionnelles).
Je me pose quelques nouvelles questions :
Il y a deux bornes =E0 cages pour le c=E2ble de terre, afin de minimiser la longueur du circuit parafoudre (pour minimiser la tension g=E9n=E9r=E9e par l'apparation du courant lorsque le parafoudre est en pleine action : U =3D L x di/dt, d'o=F9 la forte recommandation de moins de 50 cm).
Pourquoi n'y a-t-il pas aussi 2 bornes pour la phase et 2 bornes pour le N?
Les bornes =E0 cages sont donn=E9es pour accepter des conducteurs de 35 mm2 carr=E9 rigide ou 25 mm2 souple.
Rigide/souple, =E7a veut dire monobrin/multibrins, ou bien =E7a d=E9signe uniquement la rigidit=E9 effective du c=E2ble? Pour ma part, en cuivre, dans les plus de 6 mm2, je n'ai connu que des multibrins relativement rigides (dur =E0 tordre avec les mains). Il existe des conducteurs de 16 mm2 "mous" ?
Que pensez-vous alors de mettre 2 conducteurs 16 mm2 dans chaque bornier P et N (un conducteur qui arrive du disjoncteur de branchement, et un qui repart vers le tableau de r=E9partition) ? Ainsi mon circuit parafoudre mesurerait juste la longueur du parafoudre en lui-m=EAme, soit environ 8 cm.
Enfin, j'ai lu qu'il est aussi recommand=E9 de mettre un disjoncteur dans le circuit parafoudre, pour ouvrir ce circuit au cas o=F9 le parafoudre terminerait sa vie en se mettant en court-circuit (P-N ou P- T). Mais normalement le disjoncteur de branchement devrait alors couper l'alimentation, donc je ne comprends pas l'int=E9r=EAt?
Merci d'avance.
Reply to
Guins
"Guins" a écrit J'ai lu le très instructif :
formatting link
(Et acheté un SPN240R : type 2, capacité d'écoulement 40 kA, avec deux connexions pour câble de terre, protection en mode différentiel et en mode commun, débrochable (à cartouches remplaçables), avec indicateur de réserve de protection, y compris un état intermédiaire qui indique qu'il faut changer les cartouches mais que pour le moment elles sont encore fonctionnelles).
Je me pose quelques nouvelles questions.
* * * Le grossiste n'a pas su répondre ? Ça m'étonne un peu (je ne dis pas forcément que le gars au comptoir doit savoir, mais dans les bureaux, il doit y avoir quelqu'un formé aux produits). Claude
Reply to
Claude
Bonjour
Donc ne pas avoir de courant le temps de changer les parafoudres, cela ne te dérange pas ?
Reply to
David Crochet
Ah oui, je n'avais pas pens=E9 =E0 =E7a ;-) Merci!
N=E9anmoins dans mon cas particulier, =E9tant donn=E9 que j'ai un parafoudre =E0 cartouches rempla=E7ables, et vus la valeur totale des =E9quipements qu'il prot=E8ge, et l'absence de n=E9cessit=E9 de continuit=E9 de service, = je crois que je pr=E9f=E8re assurer la plus basse tension possible dans mes circuits d'utilisation, et laisser 2 cartouches en r=E9serve =E0 port=E9e de main =E0 proximit=E9 du parafoudre. (J'ai d=E9j=E0 install=E9 d=E9j=E0 inst= all=E9 (en fixe) un =E9clairage =E0 piles et =E0 diodes pour =E9clairer le tableau en = cas de besoin).
Car vu le design de mon
formatting link
suppose que c'est les cartouches qui peuvent se mettre en court- circuit en fin de vie, mais la partie fixe du parafoudre devrait rester intacte, non?
Ainsi la remise en =E9tat du parafoudre ne devrait pas prendre trop longtemps. De toutes fa=E7ons je suppose que quand on a un parafoudre qui vient d'atteindre sa fin de vie, il vaut mieux attendre la fin de l'orage en cours avant d'y toucher pour le remplacer, non?
Et dans ce cas, n'est-il pas pr=E9f=E9rable de laisser son disjoncteur de branchement ouvert pendant la fin de cet orage?
Je sais que le potentiel g=E9n=E9r=E9 par la foudre peut franchir (avec un arc) l'isolation d'un disjoncteur de branchement (c'est pourquoi les appareils ne sont pas 100% =E0 l'abri si celui-ci est ouvert), mais donc je suppose que si ce potentiel tension peut franchir un disjoncteur de branchement, il peut aussi franchir un disjoncteur plac=E9 pour isoler le parafoudre...
=C0 moins qu'il existe des disjoncteurs pour parafoudre qui offrent une meilleure isolation que les disjoncteurs de branchement EDF? Tout en restant assez compacts pour ne pas trop accroitre la longueur du circuit parafoudre...?
Par ailleurs, quand on ajoute un disjoncteur dans son circuit parafoudre, je suppose qu'il faut que se soit un disjoncteur suffisamment retard=E9 pour =EAtre s=FBr que tout le courant de foudre a = =E9t=E9 =E9vacu=E9, avant que le disjoncteur ouvre le dit circuit, non?
(Je ne me suis encore jamais pench=E9 sur les notions de courbe (A, B, C, ..) des disjoncteurs. Une chose apr=E8s l'autre...)
Reply to
Guins
Bonjour
Non car l'onde foude dure 20 µs et aucun appareil ne peut réagir. Tiens, regarde cette vidéo, et regarde le temps que l'arc se met à éteindre et la distance qu'à parcouru la poignée :
formatting link
que déja que tu coirs que la poignée est très rapide, tu ferra que le mécanisme à l'intérieur l'est plus encore :
formatting link
Reply to
David Crochet
Question de coût certainement. Certains fabriquants allemands le font (voir plus bas).
C'est la rigidité générale du câble. Les câbles souples sont en général constitués d'une multitude de petits fils. On peut en effet en trouver de 16 mm2. C'est utilisé pour des fils qui bougent ou sont souvent câblés et décâblés.
C'est comme cela que je préconise de faire. Le câble d'arrivée et de départ ne doivent pas suivre le même chemin.
Certains professionnels pinailleurs vous feront remarquer que vous utilisez alors votre parafoudre comme bornier et que ce n'est pas son rôle.
C'est exactement pour cette raison que des fabriquants ont décidé de mettre deux bornes à chaque fois.
C'est une protection rapprochée destinée à sauter sans perturber la totalité de votre installation, certains mettent des fusibles.
Reply to
Philippe RAI

PolyTech Forum website is not affiliated with any of the manufacturers or service providers discussed here. All logos and trade names are the property of their respective owners.